Navigation – Plan du site

Introduction au numéro

Diane-Gabrielle Tremblay

Texte intégral

1Ce numéro de la revue Interventions économiques a pour thème la métropolisation. La revue avait invité Jean-Marc Fontan à agir à titre d’éditeur invité pour ce numéro. Il a donc organisé un séminaire en vue de produire ensuite un numéro sur ce thème. Aussi, l’article rédigé par Jean-Marc Fontan présente-t-il la problématique que nous avons voulu développer en lançant le débat et les échanges sur le thème de la métropolisation et du rôle des métropoles dans le développement régional et le développement du Québec en général.

2Comme toujours, la revue comprend un texte hors thème. Cette fois, la revue reprend un débat qui a souvent animé ses pages au fil des ans, à savoir perspective d’un renouvellement des approches théoriques en économie politique. En effet, le comité de rédaction de la revue Interventions économiques, a senti le besoin de relancer le débat sur les positions des chercheurs et intervenants en matière d’économie à l’heure actuelle.

3Les dernières années ont été plutôt dominées par le discours néolibéral ou conservateur, bien qu’ici et là, nombre d’économistes et d’autres intervenants ou chercheurs s’intéressant à l’économie politique portent un discours différent. La revue Interventions économiques était, à ses débuts, le lieu de regroupement de professeurs, chercheurs, étudiants et intervenants qui souhaitaient mettre de l’avant un discours différent du discours économique traditionnel dominant (voir l’appel publié dans le premier numéro de la revue).

4Les années ont passé et il apparaît pertinent de relancer le débat sur les diverses théories économiques qui doivent présider aux choix économiques et sociaux de notre société. Dans cette perspective, la revue souhaite relancer le débat sur la place de l’économie politique et d’un discours économique non néoclassique (ou néolibéral) au sein de la société québécoise. Elle souhaite d’ailleurs inviter divers auteurs à s’exprimer sur ce que peut être ce discours, sur ses sources d’inspiration possible, sur la mise à jour des théories socio-économiques et d’économie politique qui inspirent ceux qui questionnent le discours économique traditionnel.

5Dans le présent numéro, assumant maintenant la direction du comité de rédaction, je présente un premier texte écrit dans cette perspective, puisqu’il retrace l’apport des économistes institutionnalistes dans le champ de l’économie du travail. Il vise à faire mieux connaître l’une des sources les plus fécondes d’inspiration pour les économistes qui s’identifient à autre chose que la vision néoclassique ou traditionnelle de l’économie. Je ne saurais trop insister sur l’invitation lancée à tous de nous proposer des textes sur la socio-économie, sur l’économie politique, sur la sociologie économique et sur d’autres thématiques et théories proches, afin d’alimenter la réflexion théorique que nous souhaitons approfondir dans les prochaines années.

6S’inscrivant en continuité avec les thématiques antérieures, le présent numéro marque par ailleurs une innovation, puisque la revue se présente maintenant sous une nouvelle forme, soit la forme électronique. Depuis quelques années déjà, le comité de rédaction réfléchissait à cette possibilité. Des échanges et des analyses ont d’ailleurs entraîné un ralentissement de la publication de la revue. Nous avons finalement opté pour cette nouvelle forme de diffusion, l’édition électronique paraissant devoir s’imposer de plus en plus dans le champ de l’édition scientifique et permettre une diffusion internationale plus large de nos écrits.

7À la suite de cette décision, le comité de rédaction s’est réorganisé. Il a voulu se donner un comité scientifique international plus formel (alors que nous avions antérieurement des échanges plus informels pour déterminer les sujets de numéros et les orientations de la revue) et rendre plus rigoureux les modes d’évaluations des textes qui nous sont soumis. Aussi, avons-nous constitué deux sous-comités spécialisés, qui se répartiront la responsabilité de l’évaluation anonyme des textes par des pairs, ainsi que la planification de numéros dans deux principaux champs de publication, soit l’emploi d’une part, et le développement (local, national, international) d’autre part. D’autres thèmes pourront être proposés à la revue par les membres du comité de rédaction ou du comité scientifique international. Ils seront alors coordonnés, sur le plan pratique, par l’un ou l’autre des deux sous-comités. Des numéros portant sur des théories économiques particulières sont ainsi prévus.

8Les numéros de la revue resteront donc thématiques, mais nous continuons de recevoir des textes hors-thèmes, qui peuvent paraître dans un numéro de la revue.

9Dans le présent numéro, sur la métropolisation, le texte hors thème porte sur l’apport des théories institutionnalistes au renouvellement des analyses en économie politique.

10Je vous laisse donc à la lecture de ce texte, ainsi que du dossier sur la métropolisation, coordonné par Danièle Bordeleau et Jean-Marc Fontan. À titre d’éditeur invité pour ce numéro, Jean-Marc Fontan présente d’ailleurs une introduction au thème du numéro.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Diane-Gabrielle Tremblay, « Introduction au numéro », Revue Interventions économiques [En ligne], 28 | 2002, mis en ligne le 01 janvier 2002, consulté le 27 juin 2017. URL : http://interventionseconomiques.revues.org/1062

Haut de page

Auteur

Diane-Gabrielle Tremblay

Directrice de la revue Interventions économiques

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Interventions économiques sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Association d’Économie Politique
  • Logo DOAJ
  • Revues.org