Navigation – Plan du site

Introduction

Jean-Marc Fontan, Jean-Louis Laville et Diane-Gabrielle Tremblay

Texte intégral

1L’objet d’un numéro spécial de la revue Interventions économiques sur le renouveau de la pensée polanyienne est de faire le point sur l’apport novateur de chercheurs nord-américains et européens au développement de cette pensée. Le numéro s’inscrit dans le cadre des travaux entourant la réalisation de la Onzième conférence internationale Karl Polanyi –The Relevance of Karl Polanyi for the 21st Century – et du 20e anniversaire de la « Political Economy Conference » de l’Institut Karl Polanyi, qui se tient à Montréal, en décembre 2009.

2Deux idées centrales sont travaillées dans ce numéro.

3Premièrement, nous mettons en lumière des analyses socio-économiques récentes s’inspirant de la tradition polanyienne d’analyse des sociétés modernes. Dans cette perspective, le numéro propose un regard issu de différents horizons théoriques et culturels à partir de contributions émanant d’horizons paradigmatiques pluriels.

4Deuxièmement, nous revoyons différents angles de la contribution de Polanyi à l’analyse économique des sociétés modernes. Le numéro permet ainsi de renouer et d’actualiser la richesse de cette contribution. Ce faisant, nous sommes aussi en mesure d’illustrer l’importance de travaux ou de concepts moins bien connus de sa pensée.

Pourquoi est-il important de se pencher sur le renouveau de la pensée polanyienne ?

5Un premier élément de réponse tient à l’intérêt continu et croissant de la communauté scientifique internationale pour l’œuvre de Karl Polanyi. Le texte d’Ana Gomez rend bien compte de cet intérêt en illustrant comment le centre de documentation de l’Institut Karl Polanyi d’économie politique de Montréal accueille des chercheurs et des praticiens du monde entier. Cet intérêt, nous dit-elle, est observable tant par une augmentation du nombre d’articles, d’ouvrages et de conférences faisant référence tant à la pensée qu’à l’utilisation des concepts mis en valeur par Polanyi.

6Un deuxième élément tient certes à l’évolution même des sociétés contemporaines. Le processus de mondialisation du projet civilisationnel moderne fait en sorte que les différentes sociétés et communautés de la planète ont adopté ou ont été intégrées à un mode politique fondé sur la forme institutionnelle de l’État-nation. Ce même grand processus fait aussi en sorte que le marché capitalistique est devenu la forme centrale pour conduire des activités économiques tant à l’échelle nationale qu’aux échelles continentale et mondiale. Enfin, une culture internationale est en construction, laquelle est fortement structurée à partir d’un imaginaire coproduit à partir de contributions éclatées émanant des quatre coins de la planète.

7Face au phénomène de convergence des cultures locales, régionales, nationales et continentales au sein d’un grand espace mondial, se pose de plus en plus la question de la mise en compréhension des mécanismes permettant d’expliquer et de rendre compte tant de la production d’un ordre hégémonique central, et de ses arrangements institutionnels, que de rendre compte de la production d’une ou de plusieurs contre propositions, lesquelles aussi se traduisent par des développements organisationnels et institutionnels. Cette réalité mondiale exige de la communauté scientifique de renouveler sa façon de concevoir le rôle de la science et les modalités de production de la connaissance. Pour mieux comprendre le monde de l’institutionnel et son importance clé pour assurer le fonctionnement et la transformation du système sociétal mondial, il nous faut revoir la façon de penser la réalité, les rapports de domination et les voies d’émancipation. Plus que jamais, des passerelles sont à établir entre l’univers de l’institutionnel et le royaume de l’action sociale dans ses déclinaisons économique, sociale, politique ou culturelle.

8Dans cette perspective, les articles d’Andreia Lemaître et de Florence Degavre sur l’économie sociale en Belgique, de Karen Bahr sur des initiatives locales développées par des femmes au Salvador, d’Yves-Marie Abraham sur la marchandisation de la main-d’œuvre mexicaine aux États-Unis ou encore le texte d’Antoine Deliège sur la place de l’économie de marché dans la société malgache représentent autant d’illustrations de la pertinence de l’analyse polanyienne dans des contextes culturels très différents les uns des autres. Ils nous montrent comment, tant au Nord qu’au Sud, la pensée polanyienne est toujours utile pour suivre et comprendre le renouvellement des phénomènes d’intégration, d’émancipation, de marginalisation ou d’exclusion.

9Enfin, force est de constater que Polanyi nous a légué un vaste chantier de travail. Son œuvre offre des voies non encore unifiées en une théorie générale. Elles sont, de ce fait, porteuses d’une grande ouverture, permettant des prolongements paradigmatiques pluriels. Dans la perspective d’illustrer les développements théoriques possibles à partir de la pensée de Karl Polanyi, nous avons regroupé deux types d’articles, qui viennent s’ajouter aux articles évoqués plus haut, qui sont davantage des applications pratiques des concepts et thèses de Polanyi.

10D’abord, le travail de Hart Keith, sur l’économie libérale d’une part, et de Fred Block sur la reconstruction d’une théorie critique à travers l’idée de double mouvement, permettent de situer à la fois le cadre libéral, tel qu’interprété par Polanyi, et son dépassement, tel qu’il l’envisage. Dans cette veine, l’article de Jean-Marc Fontan illustre la prise en compte des phénomènes de domination dans l’analyse des transformations sociétales permises par le processus d’innovation.

11Par ailleurs, nous retrouvons trois articles s’adressant au renouveau de la sociologie économique. Ronan Le Velly propose une analyse renouvelée du marché. Roberto Rizza revoit la question du lien entre le renouveau de la sociologie institutionnelle et le renouveau de la sociologie économique. Enfin, Jean-Louis Laville reprend la notion d’encastrement à partir d’une analyse des travaux de Mauss, de Polanyi et de Granovetter.

12Étant donné l’importance des thèmes abordés par Polanyi, et l’importance des travaux réalisés à partir des concepts polanyiens, nous espérons que ce numéro pourra contribuer à diffuser plus largement les écrits de Polanyi, tout en démontrant l’actualité des travaux réalisés à partir des concepts qu’il a développés.

13Ce numéro peut aussi être vu comme un appel à relancer les débats autour de divers auteurs hétérodoxes, puisqu’il vient s’ajouter à un numéro précédent sur Veblen. La revue Interventions économiques reste intéressée à recevoir d’autres contributions sur les travaux polanyiens, afin de poursuivre les échanges sur ces questions, mais aussi des propositions d’articles ou de numéros sur d’autres auteurs importants, dont les concepts peuvent être utiles pour les débats d’aujourd’hui.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Marc Fontan, Jean-Louis Laville et Diane-Gabrielle Tremblay, « Introduction », Revue Interventions économiques [En ligne], 38 | 2008, mis en ligne le 01 décembre 2008, consulté le 29 avril 2017. URL : http://interventionseconomiques.revues.org/242

Haut de page

Auteurs

Jean-Marc Fontan

Articles du même auteur

Jean-Louis Laville

Articles du même auteur

Diane-Gabrielle Tremblay

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Interventions économiques sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page