Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Le travail, une question politique. Par Nicolas Latteur, préface de Mateo Alaluf, Bruxelles, Éditions Aden. 129 pages

Diane-Gabrielle Tremblay

Texte intégral

1Nicolas Latteur est formateur au Centre d’éducation populaire André Genot, en Belgique. Ayant connu un grand nombre de milieux de travail, et s’étant inspiré de diverses approches théoriques de l’organisation du travail, il présente ici une approche critique et multidisciplinaire (économie, sociologie, philosophie politique) de l’analyse des formes d’organisation du travail dans le capitalisme contemporain.

2L’analyse repose sur la connaissance de différents secteurs et milieux, mais appelle à une analyse plus générale et englobante de l’évolution du travail, et surtout de l’organisation du travail. Les dernières années ayant été caractérisées par nombre de cas de suicide au travail, en France en particulier, mais aussi ailleurs, l’auteur considère que le travail est devenu largement intenable, et que les conditions de travail se sont fortement détériorées au fil des ans.

3L’auteur évoque l’invisibilisation, l’individualisation et la culpabilisation que l’on observe parfois dans les milieux de travail d’aujourd’hui, critiquant tour à tour les modèles axés sur les compétences, sur la performance et sur la langue managériale dans le monde du travail.

4Il analyse les bases de l’organisation du travail en régime capitaliste, en étudie les caractéristiques concrètes et s’intéresse plus particulièrement à l’exercice du pouvoir en milieu de travail. Il se penche sur la vulnérabilité de certaines formes d’organisation du travail, aux formes de résistance, comme aux questions de santé au travail, qui posent souvent aussi problème.  Il rappelle comment avec la disqualification de la culture syndicale,  on est passé à un mouvement favorisant davantage l’employabilité que des emplois de qualité comme tels.

5L’auteur appelle finalement à une réappropriation du travail comme enjeu politique et démocratique, à une interrogation sur les activités qui sont considérées comme utiles, qui décide de ces questions et qui les contrôle. Il remet le travail au cœur des rapports de pouvoir ou  rapports de force, alors que d’autres ont affirmé dans les dernières décennies que le travail était peut-être devenu moins central dans la vie des gens, et des jeunes en particulier.

6C’est ce qui lui permettra de mettre de l’avant un projet d’émancipation sociale et politique, après s’être intéressé au rôle du mouvement syndical, son autonomie comme ses modes de contrôle démocratique, ainsi qu’à l’action collective et à son rôle possible pour libérer le travail et se libérer du travail.

7Il s’agit d’un court essai (129 pages) mais qui pose bien les enjeux majeurs de l’organisation du travail et de l’emploi dans le contexte actuel. L’ouvrage est bien documenté, même si l’on pourrait regretter que la bibliographie ne soit pas plus conséquente, ce qui permettrait de l’utiliser comme ouvrage pédagogique. Ce n’était toutefois sans doute pas l’intention de l’auteur, qui offre plutôt un essai intéressant sur les transformations du travail au cours des dernières décennies, dans le contexte du capitalisme contemporain.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Diane-Gabrielle Tremblay, « Le travail, une question politique. Par Nicolas Latteur, préface de Mateo Alaluf, Bruxelles, Éditions Aden. 129 pages », Revue Interventions économiques [En ligne], 51 | 2014, mis en ligne le 01 novembre 2014, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://interventionseconomiques.revues.org/2484

Haut de page

Auteur

Diane-Gabrielle Tremblay

Professeure, École des sciences de l'administration, Téluq-Université du Québec dgtrembl@teluq.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Interventions économiques sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université du Québec à Montréal (UQAM)
  • Logo TELUQ
  • Logo Centre d'études sur l'intégration et la mondialisation (CEIM)
  • Logo La revue est reconnue et financée par le programme de soutien aux revues savantes du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH)
  • Logo Centre de recherche sur les innovations sociales (CRISES)
  • Logo Alliance de recherche université communauté sur la « gestion des âges et des temps sociaux » (ARUC-GATS)
  • Logo Faculté de science politique et de droit | UQAM
  • Logo Association d’Économie Politique
  • Logo DOAJ
  • Revues.org