Navigation – Plan du site
Comptes rendus

La participation contre la démocratie. Deuxième édition (2014; 1re édition 1983). Jacques T. Godbout; Montréal, Éditions Liber. 216 pages

Diane-Gabrielle Tremblay

Texte intégral

1L’ouvrage de Jacques T. Godbout , réédité tout récemment, conserve toujours sa pertinence et pose toujours des questions qui n’ont pas trouvé réponse. L’auteur s’intéresse dans le nouvel avant-propos aux concepts de démocratie directe et de démocratie participative. Il souligne que la participation n’a pas toujours des effets positifs et qu’elle peut même parfois diminuer la démocratie, ce que son ouvrage s’engage à montrer, aujourd’hui comme lors de sa première parution.

2Il est difficile de résumer l’ensemble de l’œuvre, mais l’auteur affirme que les courants participationnistes qui sont apparus dans les années 1980 ne l’ont toujours pas convaincu de leur apport à la démocratie, de sorte qu’il maintient les thèses exposées alors, selon lesquelles la démocratie n’est pas accrue par la participation.

3Comme la participation et l’inclusion sont encore des concepts et idées au goût du jour, l’ouvrage reste intéressant, puisqu’il questionne ces concepts et défend une vision qui va plutôt à contre-courant, soutenant cette possible réduction même de la démocratie.

4L’auteur affirme aussi que plusieurs cherchent aussi à appliquer « à tort » le modèle du marché à la démocratie, et il critique cette vision des choses. Il rappelle  qu’il faut distinguer démocratie participative et démocratie directe, considérant que les « participationnistes » ne font pas suffisamment la distinction.  

5L’auteur note que « la démocratie représentative se définit par le droit de ne pas participer, tout en détenant un certain pouvoir en choisissant ceux qui vont décider » (p 17). L’auteur affirme que le déséquilibre entre mobilisation et pouvoir, qu’il a observé dans la plupart des expériences étudiées dans le livre, peut s’expliquer  par le no respect de ce droit.

6L’auteur définit la participation dans le chapitre 1, puis s’interroge sur son application dans les chapitres ultérieurs.

7Les expériences datent bien sûr de la première édition du livre, mais elles restent pertinentes comme cas –types, et peuvent éclairer les expériences de participation d’aujourd’hui, sans compter qu’elles permettent de connaître les origines de ces mouvements, puisque l’auteur remonte au Bureau d’aménagement de l’Est du Québec (BAEQ) , pour nous montrer comment la population peut aussi bien être un partenaire, qu’une variable dans une équation, donc moins importante qu’initialement imaginé.

8L’auteur traite des expériences de participation dans les quartiers défavorisés et montre que cette nouvelle pratique professionnelle, qui s’est en fait accrue au fil des ans, dans les dernières décennies, et sous diverses formes, peut être interrogée en tant qu’expérience de participation.

9Le travail des maires et des permanents syndicaux est aussi analysé à l’aune de la participation, avant de passer à la dernière partie du livre, qui traite de la participation comme support à la bureaucratie, et du pouvoir des usagers, parfois présent, mais pas toujours dans les expériences de participation.

10Comme le note bien l’auteur, la participation est généralement considérée comme un contre-pouvoir, mais en fait, au fil des ans, elle semble s’être parfois transformée en une technique professionnelle permettant au contraire de maximiser le pouvoir de certains.

11Bref, comme la thématique de la participation est toujours à l’ordre du jour aujourd’hui, bien que l’on parle plus souvent d’inclusion et de cohésion sociale, les mêmes questions peuvent être posées à l’endroit de ces derniers concepts, à savoir si les expériences favorisent une véritable participation, une illusion de participation, une véritable inclusion ou une apparence d’inclusion. On peut toujours se poser la question à savoir si les mécanismes de participation ou d’inclusion permettent toujours la participation et l’inclusion, et on pourrait être tenté de répondre de diverses manières selon les cas auxquels on fait référence.

12L’ouvrage intéressera donc encore aujourd’hui, et suscitera certes encore des débats, comme il en suscita lors de sa parution, avec un titre quelque peu accrocheur, mais qui pose une véritable question de fond : la participation contre la démocratie ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Diane-Gabrielle Tremblay, « La participation contre la démocratie. Deuxième édition (2014; 1re édition 1983). Jacques T. Godbout; Montréal, Éditions Liber. 216 pages », Revue Interventions économiques [En ligne], 51 | 2014, mis en ligne le 01 novembre 2014, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://interventionseconomiques.revues.org/2485

Haut de page

Auteur

Diane-Gabrielle Tremblay

Professeure, École des sciences de l'administration, Téluq-Université du Québec dgtrembl@teluq.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Interventions économiques sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université du Québec à Montréal (UQAM)
  • Logo TELUQ
  • Logo Centre d'études sur l'intégration et la mondialisation (CEIM)
  • Logo La revue est reconnue et financée par le programme de soutien aux revues savantes du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH)
  • Logo Centre de recherche sur les innovations sociales (CRISES)
  • Logo Alliance de recherche université communauté sur la « gestion des âges et des temps sociaux » (ARUC-GATS)
  • Logo Faculté de science politique et de droit | UQAM
  • Logo Association d’Économie Politique
  • Logo DOAJ
  • Revues.org