Navigation – Plan du site

Karl Polanyi, la Nouvelle sociologie économique et les forces du marché

Ronan Le Velly

Résumés

Cet article montre en quoi plusieurs auteurs de la Nouvelle sociologie économique tendent à adopter un regard incomplet sur les forces du marché. Pour cela, l’auteur distingue deux notions d’encastrement renvoyant pour la première à un cadre méthodologique institutionnaliste et pour la seconde à l’observation du poids variable des forces du marché. Il établit qu’autant des sociologues classiques comme Weber ou Polanyi ont su coupler ces deux approches, autant plusieurs travaux majeurs de la Nouvelle sociologie économique, notamment ceux de Zelizer, de Fligstein et de Biggart, adoptent la première perspective mais ne traitent que de façon partielle de la seconde. L’auteur met particulièrement en cause les objets de recherche retenus par ces derniers auteurs, dès lors que sont systématiquement privilégiées des situations où les forces du marché sont tenues à l’écart.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1  Je n’adopte pas la conception très large de la Nouvelle sociologie économique retenue dans l’ouvra (...)

1Le terme de Nouvelle sociologie économique est apparu au milieu des années 1980 pour qualifier un série de travaux, majoritairement américains, participant à un renouveau des recherches sociologiques sur les activités économiques. Depuis, plusieurs comptes-rendus et recueils de textes témoignent de la fécondité de cette approche et de l’existence de principes d’analyse communs aux auteurs de ces travaux (Biggart, 2002 ; Dobbin, 2004 ; Swedberg, 1997). De réelles convergences dans les perspectives de recherche, quant aux théories de l’action et des institutions économiques mises en œuvre, ont été identifiées (Beckert, 1996 ; Le Velly, 2002) et il a été montré combien la Nouvelle sociologie économique s’est constituée en cherchant à se distinguer d’autres approches associant sociologie et économie (Convert et Heilbron, 2007). On peut alors soutenir que les approches de Viviana Zelizer, Mark Granovetter, Neil Fligstein ou Michel Callon, en dépit de leurs différences, sont relativement proches les unes des autres, du moins dès lors que l’on prend suffisamment de recul pour les comparer à d’autres groupes de travaux, tels que par exemple ceux de la Nouvelle économie institutionnelle (North, 1990 ; Williamson, 1994) ou ceux des auteurs se revendiquant de l’Économie politique (Crouch et Streeck, 1997 ; Hollingsworth et Boyer, 1997).1

2Un tel niveau d’analyse a le mérite de permettre l’identification à la fois de tendances communes et de grandes différences. Dans cet article, je souhaite ainsi montrer en quoi plusieurs auteurs emblématiques de la Nouvelle sociologie économique tendent à adopter un regard partiel sur les forces du marché, une question qui était centrale pour des auteurs classiques comme Max Weber et Karl Polanyi.

  • 2  J’ai développé cette question dans Le Velly (2007), dont j’emprunte quelques éléments dans cette f (...)

3L’observation de la réception très nuancée des écrits de Karl Polanyi par Mark Granovetter et Fred Block, deux auteurs importants de la Nouvelle sociologie économique, offre un bon point d’entrée pour étayer une telle démonstration.2 Dans l’introduction qu’il a consacrée à la traduction française d’une sélection de ses articles, Granovetter distingue deux volets dans l’œuvre de Polanyi, un premier dans lequel il se reconnaît pleinement et qu’il qualifie d’« analytique », un second dans lequel il se reconnaît moins et qu’il juge « polémique » (Granovetter, 2000). Le Polanyi analytique est alors celui qui met en avant la pluralité des modes d’allocation des ressources et le Polanyi polémique celui qui « surestime l’autonomie du marché » et « écrit qu’au 19ème siècle les sociétés sont entrées dans une période radicalement nouvelle où l’économie est devenue désencastrée » (Granovetter, 2000, p. 39). Un jugement comparable apparaît dans un texte où Block explique que Polanyi a commencé la rédaction de La grande transformation en étant imprégné d’une pensée marxiste hétérodoxe et que c’est dans ce cadre qu’il a été amené à décrire les ravages de l’économie autorégulée et le contre-mouvement permettant l’autoprotection de la société (Block, 2003). Mais, poursuit Block, au fur et à mesure qu’il décrivait les multiples formes de cette autoprotection, Polanyi « découvrait le concept de l’économie toujours encastrée » (Block, 2003, p. 297) : il découvrait que toute économie a besoin pour fonctionner de règles, de lois et de principes moraux. Selon Block, cette découverte aurait dû conduire Polanyi à reprendre totalement son manuscrit afin de l’expurger des références à l’autorégulation ou au désencastrement. Mais, désireux de publier son ouvrage avant la fin de la guerre pour pouvoir peser sur les débats politiques, il n’aurait pas pris le temps de le faire et l’ouvrage aurait, en conséquence, conservé nombre de raisonnements incohérents.

4Le désencastrement, comme le suggère Block, est-il impossible ? L’intérêt de cette question est d’inviter à préciser la nature des relations qui sont évoquées par les termes d’encastrement et de désencastrement. Dans la première partie de cet article, je vais pour cela distinguer deux notions d’encastrement, renvoyant à deux regards différents sur les phénomènes marchands. Il me sera alors possible d’avancer que, loin d’être incohérente, la pensée de Polanyi est, tout comme celles de Weber ou de Durkheim, particulièrement riche en ce qu’elle couple un cadre méthodologique institutionnaliste et une attention au poids variable des forces du marché. L’accusation peut alors se retourner contre ceux qui la professent et, dans la seconde partie, je montrerai que des travaux majeurs de la Nouvelle sociologie économique, notamment ceux de Viviana Zelizer et de Neil Fligstein, se sont établis sur la base de la première perspective de recherche distinguée mais qu’ils tendent à ne traiter que de façon partielle de la seconde.

L’impossible désencastrement ? Pour une reconnaissance de la richesse de l’analyse polanyienne

5Parler de désencastrement est-il un non-sens ? Toutes les économies sont-elles encastrées ? Les accusations dont est l’objet Polanyi gagnent en clarté mais perdent en pertinence dès lors que sont distinguées deux notions que je nomme encastrement-étayage (1.1.) et encastrement-insertion (1.2.).

L’encastrement-étayage : adopter une perspective institutionnaliste

6L’affirmation du caractère toujours encastré de l’économie est à mettre en relation avec la perspective de recherche des auteurs associés à la Nouvelle sociologie économique. Ainsi, même si tous ne mobilisent pas le terme d’encastrement, tous montrent par leurs travaux l’intérêt d’étudier minutieusement les diverses conditions sociales sur lesquelles s’appuie la construction des activités économiques. Je propose de nommer encastrement-étayage cette première conception de la relation d’encastrement. Il s’agit ici d’une posture méthodologique générale.

7Une telle attention est d’abord importante dans une perspective de connaissance empirique. Par exemple, étudier les conditions d’encastrement-étayage des marchés permet de mieux comprendre pourquoi certains d’entre eux sont plus libéraux ou plus proches du modèle de la théorie économique standard que d’autres. Par exemple, l’ethnographie comparée de plusieurs marchés financiers qu’a menée Mitchel Abolafia (1996) montre que le niveau d’opportunisme, la forme de rationalité ou le degré de concurrence n’ont rien d’une constante. Ils dépendent de l’existence ou non d’outils permettant la transparence de l’information, de différences dans la forme des réseaux et de la nature des règles formelles et morales qui encadrent les comportements spéculatifs. Dans la perspective de la nouvelle sociologie économique, il convient alors d’énoncer qu’un marché très libéral comme le New York Stock Exchange est tout aussi encastré-étayé qu’un marché très régulé comme le Chicago Board of Trade : même si ces deux marchés s’appuient sur des conditions d’encastrement-étayage très différentes, celles-ci existent autant d’un côté que de l’autre.

8La méthodologie de la nouvelle sociologie économique permet ensuite d’affirmer une théorie de l’action en rupture autant avec celle des économistes qu’avec celle de l’« ancienne » sociologie économique de Talcott Parsons (Granovetter, 1990). Le projet s’inscrit à cet égard dans la série de réorientations théoriques que les sciences sociales ont connues depuis les années 1960 et qui ont pu être qualifiées de « tournant interprétatif », « cognitif » ou « pragmatique » (Thévenot, 1995). Dès lors que le chercheur refuse une conception mécaniste de l’action, qu’elle consiste en une optimisation rationnelle ou en l’exécution d’un système de normes et de valeurs, il doit être attentif aux opérations par lesquelles les agents interprètent le contexte et donnent du sens à leurs actes. Plusieurs articles ont alors montré que, sans les contraintes et les repères associés aux conditions d’encastrement, la coordination entre les agents économiques serait extrêmement problématique, et ce d’autant plus qu’elle implique de s’en remettre à autrui et de lui faire confiance (Orléan, 1994 ; Beckert, 1996). De ce point de vue, le vocable de désencastrement n’a effectivement pas de sens s’il suggère l’existence d’une économie sans institutions.

9La notion d’encastrement-étayage renvoie donc à une tradition d’analyse institutionnaliste. Même s’il est risqué de lui attribuer la découverte du caractère toujours encastré-étayé des activités économiques, tant des auteurs comme Max Weber, Emile Durkheim ou John Commons peuvent tout aussi bien prétendre à ce titre, l’article de Block (2003) a alors au moins le mérite de reconnaître que Polanyi était loin de penser que l’économie puisse s’établir dans un vide institutionnel. Conformément aux préceptes institutionnalistes, l’économie libérale du 19ème siècle est effectivement décritedans La grande transformation en partant des changements institutionnels qui l’ont permise (mouvement des enclosures, fin des poor laws, développement de machines spécialisées…) La référence que Polanyi fait au « marché autorégulateur » ne vise alors pas à présenter une économie fonctionnant dans un vide social. Là encore, c’est tout le contraire, puisque pour lui, le marché autorégulateur est une institution culturelle qui a nourri le projet politique de la libéralisation économique. Enfin, la thèse de Polanyi est également que cette utopie ne pouvait être mise en application sans atteindre à la survie de la société. L’affaiblissement des régulations traditionnelles de l’économie a alors généré la mise en place de nouvelles régulations. En somme, le double mouvement est bien, de bout en bout, un processus institutionnalisé.

L’encastrement-insertion : observer le niveau des forces du marché

10Polanyi aurait-il dû, comme le suggère Block (2003), reprendre son manuscrit pour l’expurger de toute référence au terme de désencastrement ? Oui, si l’on pense à l’encastrement-étayage. Non, si l’on pense aux relations d’encastrement-insertion. Pour comprendre ce qui est en jeu, nous pouvons reprendre la description des caractéristiques que Polanyi (1983) associe à l’« économie de marché ».

11En comparant cette économie aux autres systèmes économiques, Polanyi (1983) signale d’abord le poids exceptionnel qu’y prennent les échanges marchands dans la satisfaction des besoins humains. Suite à l’institution d’un marché pour la terre et pour le travail et à la spécialisation croissante des activités économiques, les individus sont obligés de vendre leur production ou leur force de travail sur le marché afin de survivre. En outre, les marchés institués sont libérés des régulations sociales (publiques, communautaires, professionnelles, religieuses…) propres aux systèmes économiques antérieurs. Une économie de marché est alors une économie où se généralise la recherche du gain individuel et « une économie gouvernée par les prix du marché et par eux seuls » (Polanyi, 1983, p. 71). Polanyi décrit ensuite les conséquences dramatiques de ce mouvement : pollution, désorganisation sociale, vice, perversion sont des mots qu’il lui associe. Ce que Polanyi présente comme un réflexe d’autoprotection de la société ne pouvait alors que s’enclencher dès les années 1860 par l’établissement de régulations non marchandes (règles d’hygiène et de sécurité, assurances contre les accidents du travail…) et se généraliser à partir des années 1930 dans l’avènement de la social-démocratie et du fascisme.

12Dans cette perspective, la relation d’encastrement envisagée n’est pas la même que celle décrite dans la section précédente. La distinction opérée par Alain Caillé (1993) entre pensée du contexte et pensée des ordres résume bien la différence d’approche. Il ne s’agit plus de partir des contextes sur lesquels s’étayent les activités, mais d’évaluer jusqu’à quel point les différents ordres du social sont autonomes-désinsérés ou subordonnés-insérés les uns aux autres. Sauf à supposer que le désencastrement entraîne une rupture radicale, l’étude comparative des degrés d’encastrement-insertion a alors tout son sens. En s’inspirant de l’introduction au célèbre recueil Markets in Africa, trois critères peuvent même être identifiés pour évaluer le degré d’encastrement-insertion de telle ou telle économie (Bohannan et Dalton, 1965). Jusqu’à quel point (1) les prix sont-ils le résultat d’une libre confrontation de l’offre et de la demande, (2) la survie matérielle passe-t-elle par la participation au marché et (3) les décisions économiques sont-elles guidées par les rémunérations qu’induisent les prix de marché ? Présentée ainsi, la notion d’encastrement-insertion est loin de renvoyer à une théorie abstraite des relations entre les différents ordres du système social. Elle invite à étudier, pour différentes économies ou différents marchés, la question tout à fait concrète du niveau des forces du marché.

  • 3  L’expression « cage de fer » est utilisée dans la première traduction française de L’éthique prote (...)

13Polanyi n’est pas la seule référence classique permettant d’envisager cette question. Tout un pan des écrits de Weber (1978, 2003) insiste sur l’émergence d’un ordre économique relativement autonome et source de contraintes imposant de façon « objective » des sanctions comme la faillite. Prisonniers de cette « cage de fer », les participants au cosmos capitaliste n’ont alors guère d’autres choix que d’appliquer une rationalité formelle, excluant de tenir compte de considérations personnelles et de valeurs éthiques extérieures à la logique marchande.3 En empruntant directement à Weber, Pierre Bourdieu a décrit combien l’importation du « cosmos capitaliste » dans l’Algérie colonisée a provoqué des changements dans les conduites et des ruptures avec les valeurs d’honneur et de solidarité qui encadraient traditionnellement les relations économiques. L’ordre marchand est « un jeu infiniment complexe dans lequel les travailleurs se trouvent jetés et dont ils doivent coûte que coûte apprendre les règles, parce qu’ils ne sauraient quitter cette partie dont l’enjeu est la vie, la survie » (Bourdieu et al. 1963, p. 313).

14Bourdieu rejoint ici Weber ou Polanyi, mais il rejoint aussi Durkheim. Pour ce dernier, la division du travail des sociétés modernes est un fait social : non seulement elle trouve sa source en dehors des volontés individuelles, mais en plus elle impose des obligations et des sanctions. Dans le chapitre consacré aux causes la division du travail, Durkheim (1998) explique ainsi qu’au fur et à mesure que les marchés s’étendent et que les structures segmentaires s’effacent, des entreprises extérieures viennent concurrencer les entreprises localement implantées. Cette concurrence, explique Durkheim, contraint les personnes et les entreprises à toujours se spécialiser davantage sous peine de disparaître. « Si nous nous spécialisons, ce n’est pas pour produire plus, mais c’est pour pouvoir vivre dans les conditions nouvelles d’existence qui nous sont faites » (Durkheim, 1998, p. 259). Les obligations d’efficacité économique, tout comme celles découlant des règles légales ou morales, relèvent pleinement de la sociologie du fait social (Durkheim, 1975).

15Au final, je ne peux qu’insister sur le fait que l’analyse de Polanyi, tout comme celles de Weber et de Durkheim, couple les deux perspectives que j’ai distinguées à travers les termes d’encastrement-étayage et d’encastrement-insertion. Pour Polanyi, l’« économie de marché » est (1) comme toutes les économies, une économie institutionnalisée, encastrée-étayée et (2) plus que toutes les autres économies, une économie différenciée, fortement soumise aux forces du marché, au niveau d’encastrement-insertion faible. Présenté ainsi, et en dépit des arguments récemment avancés par Kurtulus Gemici (2008), je ne vois pas en quoi il y aurait un discours incohérent ou inachevé dans La grande transformation. En revanche, une telle présentation invite à renverser l’accusation et à se demander si certains travaux de la Nouvelle sociologie économique n’ont pas tendance à traiter de façon incomplète la question des forces du marché.

L’absence de désencastrement ? La mise en avant du regard partiel de quelques travaux de la Nouvelle sociologie économique

16Il est important de saisir dès maintenant que mes réticences ne visent pas en tant que telle la perspective institutionnaliste de la Nouvelle sociologie économique mais bien la façon dont cette perspective est couplée avec un regard incomplet sur les forces du marché. Mon propos ne porte pas sur les limites de la Nouvelle sociologie économique en général, mais sur celles de quelques-uns de ses travaux. Dans cette seconde partie, je vais ainsi présenter la façon dont Viviana Zelizer appréhende les forces du marché (2.1.), puis la manière dont des auteurs comme Walter Powell, Neil Fligstein ou Nicole Biggart abordent les pressions concurrentielles (2.2.).

« Le pouvoir du marché a été surestimé. Nous avons besoin de mener une recherche supplémentaire sur ses limites. »

17Cette citation est issue de la préface à la réédition du premier ouvrage de Zelizer (Zelizer, 1983, p. x). Selon moi, elle résume à la fois la force de son programme de recherche, mais aussi l’existence d’un parti-pris dans le choix de ses objets. Commençons par le premier point. Ce programme de recherche, que Zelizer nomme modèle des « marchés multiples » (Zelizer, 1988) puis modèle des « liens différenciés » (Zelizer, 2005), est pensé en opposition à d’autres perspectives théoriques. De façon récurrente, Zelizer affirme d’abord sa différence par rapport à diverses formes d’analyses réductionnistes, qu’elles mobilisent systématiquement le schéma d’analyse de la théorique économique standard, ou qu’elles se focalisent exclusivement sur les réseaux sociaux, la culture ou les relations de pouvoir. On conviendra que ce premier point n’est pas très original. Pour se rapprocher de la spécificité du programme de recherche de Zelizer, il nous faut présenter la critique de ce qu’elle nomme les analyses en terme de « marché sans limite » (Zelizer, 1988) et de « mondes antagonistes » (Zelizer, 2005). Le reproche adressé à ces analyses est de surestimer la rupture entre le monde froid, rationnel et impersonnel de la sphère marchande et le monde chaud, solidaire et intime des sphères non-marchandes. Là encore, la critique n’est pas très originale, même si elle est bienvenue, tant l’hétérogénéité empirique des situations marchandes et extra-marchandes en confirme la pertinence.

18Le cœur du programme d’analyse de Zelizer porte alors sur un second volet de la critique du modèle « marché sans limite - mondes antagonistes ». Ce second volet concerne les risques associés à l’intrusion de logiques non-marchandes dans le monde du marché et de logiques marchandes dans les mondes non-marchands. De la même façon que l’introduction de considérations intimes et personnelles dans les relations d’affaires est supposée nuire à l’efficience, l’introduction de questions d’argent et de rapports marchands est pensée comme une source de dérèglements moraux pour les relations relevant de l’intime, de la famille, du sacré, etc. Dans ses derniers textes, Zelizer (2001, 2005) associe cette pensée des « mondes antagonistes » à des essais aux titres évocateurs tels que L’horreur économique de Viviane Forrester ou Everything for sale de Robert Kuttner. Mais, dans ses précédents écrits, elle attribue également à Karl Marx, Georg Simmel et Max Weber cette conception du pouvoir corrupteur du marché. Dans ses trois premiers livres, elle cite systématiquement les Manuscrits parisiens de Marx et la Philosophie de l’argent de Simmel, cette dernière référence constituant même le principal argument auquel elle oppose The social meaning of money. Dans ce même ouvrage, alors que L’éthique protestante était précédemment évoqué comme un exemple précurseur d’analyse « contestant le déterminisme marchand » (Zelizer 1985, p. 16), Zelizer critique les passages où Weber décrit l’inévitable affaiblissement des impératifs éthiques de fraternité suite au développement de l’économie capitaliste. De la même façon qu’il existerait un Polanyi « analytique » et un Polanyi « polémique », il existerait alors un Weber des « marchés multiples » et un Weber du « marché sans limite ». A ce propos, il peut être noté que Zelizer évoque extrêmement peu Polanyi. Mais, comme le souligne Philippe Steiner (2007), la façon dont Polanyi a décrit les ravages consécutifs au désencastrement de l’économie justifierait certainement de le rattacher à la tradition de pensée dont Zelizer fait la critique.

19A ce stade du raisonnement, il ne faut pas se méprendre sur la nature de mes réserves. Je trouve parfaitement convaincante la façon dont Zelizer a su montrer, à travers des études de cas extrêmement bien documentées, combien le pouvoir des forces du marché ne doit pas être surestimé. On ne peut qu’être admiratif devant la finesse des analyses proposées pour décrire en quoi la création d’un marché de l’assurance-décès s’est accompagnée d’une « sacralisation » des relations marchandes associées (Zelizer, 1983), en quoi la fixation d’une valeur monétaire pour un enfant décédé ou adopté ne renvoie pas à une logique d’appauvrissement et d’uniformisation des valeurs (Zelizer, 1985), ou en quoi le développement des échanges marchands et monétaires s’est couplé avec un processus de différenciation de leurs multiples significations (Zelizer, 1994). De la même façon, les derniers travaux de Zelizer (2001, 2005) montrent que la création d’un marché pour les soins à domicile ou pour la garde d’enfants, activités qui relèvent traditionnellement de l’intimité domestique, ne génère pas forcément de dégradation de la qualité des prestations. S’appuyant notamment sur des écrits de Julie Nelson (1998), Zelizer constate que les professionnels accordent de la compassion et de l’affection aux patients et aux enfants dont ils s’occupent et qu’ils ne se limitent pas aux taches prescrites, mais peuvent rester discuter ou donner des coups de main même s’ils ne sont pas rémunérés pour cela. Sur ce terrain comme sur d’autres, insiste Zelizer, il vaut mieux adopter une posture de recherche attentive aux modalités originales d’interpénétration entre marché et amour, plutôt que de postuler que le premier corrompt forcément le second.

20L’analyse de Zelizer montre avec beaucoup de justesse le caractère socialement construit et différencié des relations marchandes et illustre les bénéfices d’une approche institutionnaliste en terme d’encastrement-étayage. Cependant, en partant du cas des soins à domicile, il est possible de remettre en cause la façon dont Zelizer envisage la relation d’encastrement-insertion. Ainsi, d’autres travaux portant sur ce même terrain concluent exactement à son opposé. Par exemple, Bernard Enjolras (1995) décrit les avantages associés à la fourniture de ces soins dans un cadre associatif et les dysfonctionnements générés par une offre financée exclusivement par le marché. Sur les segments de marché les moins solvables, explique-t-il, les coûts et la qualité des soins se font dans une « spirale vers le bas » (Enjolras, 1995, p. 194) et les bénéficiaires comme les prestataires des soins en subissent les conséquences. Dans les termes de Jean-Louis Laville : « La régulation concurrentielle induit un comptage et un contrôle des temps de prestation, pour les circonscrire afin d’améliorer la compétitivité, ce qui pose la question de l’articulation avec un temps relationnel où il n’est plus seulement question de professionnalisation et de registre technique (…) mais aussi d’empathie et d’attention » (Laville, 2000, p. 544).

21Comment expliquer une telle différence de jugement ? Une réponse possible est qu’Enjolras et Laville d’un côté, Nelson et Zelizer de l’autre, n’évoquent pas tout à fait les mêmes marchés. Si une telle éventualité ne remet aucunement en cause la pertinence des conclusions de Zelizer quant au caractère multiple des marchés et à la possibilité de maintenir un haut niveau de sollicitude dans le cadre de relations marchandes, elle suggère un doute quant aux terrains sélectionnés pour soutenir sa démonstration. D’une façon générale, le sentiment que les objets auxquels Zelizer a consacré ses travaux ont en commun d’être relativement isolés du reste du système marchand capitaliste pose question (Fine et Lapavitsas, 2000). En privilégiant volontairement des situations où les effets corrupteurs du marché sont supposés être les plus dangereux (Zelizer, 2000), Zelizer est effectivement amenée à retenir des terrains où les efforts de protection sont particulièrement importants. Mais n’existe-t-il pas, par ailleurs, des situations où les forces du marché agissent dans les termes décrits par Polanyi ou Weber ? Le problème est que l’analyse de Zelizer n’offre pas vraiment les outils théoriques qui permettraient de saisir pourquoi et comment les forces du marché sont actives sur tel ou tel marché. Pour le dire dans les termes polanyiens, en n’observant que les mécanismes par lesquels les transactions sont fortement encastrées-insérées, on perd de vue d’une part les mécanismes sources de désencastrement et d’autre part les effets associées à ce processus (Steiner, 2007).

22Il semble pourtant que le terrain décrit dans Morals and markets offrait l’occasion de travailler sur le poids relatif des forces du marché. Dans le sixième chapitre, Zelizer relate qu’une fois le marché de l’assurance-décès institué, à la fin du 19ème siècle, il est devenu légitime pour les assureurs de poursuivre des objectifs d’efficacité économique. Le chapitre décrit alors les ambivalences de l’industrie de l’assurance vie, déchirée entre son ancienne fonction morale de protection des veuves et des orphelins et son nouvel objectif de rentabilité économique. Pour l’essentiel, Zelizer aborde cette question comme un cas de difficile conciliation de logiques d’actions différentes. Il me semble cependant que, dans le cas décrit, l’efficacité économique n’est pas qu’une question de légitimité mais qu’elle est aussi une affaire de survie. Zelizer décrit ainsi la situation des « sociétés fraternelles » qui s’étaient créées autour de valeurs d’entraide et refusaient d’utiliser les techniques actuarielles et de contractualiser les engagements de leurs membres. Ces sociétés ont, nous dit-elle, soit fait faillite, soit adopté les modes de gestion des assureurs conventionnels. Selon moi, cette situation constituait une formidable occasion d’étudier la façon dont les forces du marché impliquent de modifier des croyances et des pratiques. Malheureusement, Zelizer ne s’engage pas dans cette voie et présente simplement ces dilemmes comme le résultat d’une incohérence culturelle. Il est certain que des conflits de justifications ont existé dans cette industrie, mais il me semble probable que, à l’image de ce qu’a montré par ailleurs Joyce Appleby (1978), ce type de conflits se développe volontiers dans des contextes d’accroissement du poids des forces du marché.

« La cage de fer revisitée »

23Le titre retenu pour introduire cette section est celui d’un célèbre article publié en 1983 dans l’American Sociological Review par Paul DiMaggio et Walter Powell. Cet article, bien qu’issu de la sociologie des organisations, est très souvent identifié comme un des textes fondateurs de la Nouvelle sociologie économique. Plus précisément, il est généralement cité comme étant la référence-clé d’un ensemble de travaux occupant une place centrale dans la Nouvelle sociologie économique, travaux attachés au terme de « néo-institutionnalisme sociologique » et aux noms de Neil Fligstein, Nicole Biggart ou Gary Hamilton (Convert et Heilbron, 2007).

24Dans cet article, DiMaggio et Powell souhaitent revenir sur la thèse wéberienne de la « cage de fer ». Leur argument est que l’homogénéisation des modes de gestion dans un champ organisationnel donné ne résulte pas forcément du poids des pressions concurrentielles qui s’y exercent et que d’autres facteurs sont aujourd’hui plus importants pour expliquer ces phénomènes d’isomorphisme. Ainsi, même si le contexte académique dans lequel la question est posée est très différent de celui dans lequel Zelizer a parallèlement développé son modèle des « marchés multiples », c’est de nouveau l’importance des forces du marché qui est remise en cause. DiMaggio et Powell mettent alors l’accent sur l’importance des règles formelles et des modèles culturels. Plus que les pressions concurrentielles, ce sont les obligations réglementaires imposées par les pouvoirs publics, les méthodes de travail développées dans les cadres professionnels, les innovations promues par les cabinets de conseils, les attentes manifestées par les marchés financiers… qui expliquent que des organisations tendent à partager les mêmes modes de gestion. Comme l’établissent clairement DiMaggio et Powell, une telle approche a alors le mérite d’être ouverte sur une pluralité de facteurs explicatifs et de rompre avec l’hypothèse d’une sélection efficiente des modes d’organisation. Autrement dit, il n’y a pas lieu de croire, contrairement à ce que supposent les modèles d’Écologie des organisations (Aldrich, Hannan et Freeman…) et de la Nouvelle économie institutionnelle (North, Williamson…), que la concurrence sélectionne les formes organisationnelles les plus efficientes et évince les autres.

25DiMaggio et Powell (1983) n’écrivent à aucun moment que la concurrence ne pèse aujourd’hui plus dans les dynamiques organisationnelles et ils n’excluent pas que ce facteur puisse agir en interaction avec les facteurs réglementaires, légaux et culturels. Cependant, aucun des exemples qu’ils développent ne montre comment cette interaction pourrait s’effectuer. Quelques années plus tard, l’ensemble des textes regroupés dans l’ouvrage qu’ils dirigent confirme ce sentiment, puisque la concurrence n’apparaît jamais comme facteur explicatif des dynamiques observées (DiMaggio et Powell, 1991). Neil Fligstein, un des auteurs présents dans ce recueil, a de ce point de vue une démarche qui mérite une attention particulière. La sociologie des marchés de Fligstein repose sur l’idée « qu’il peut être extrêmement puissant pour l’analyse théorique du fonctionnement d’un marché particulier de postuler que les entrepreneurs et les managers construisent leurs actions de façon à éviter la concurrence par les prix et à stabiliser leur position par rapport à leurs concurrents. » (Fligstein, 2001, p. 71). Dans ce cadre, Fligstein insiste tout particulièrement sur les « conceptions du contrôle », c’est à dire sur les représentations partagées qui définissent les stratégies acceptables sur un marché donné. En observant l’industrie américaine, il constate que les différentes conceptions du contrôle qui se sont succédées dans l’histoire, comme l’intégration horizontale ou la différenciation de l’offre, ont en commun d’écarter les formes les plus frontales de concurrence (Fligstein, 1990). Les marchés, explique-t-il, répondent aux logiques de champs décrits par Pierre Bourdieu, d’une part parce que les industries observées sont caractérisées par des rapports de force et d’autre part parce que ces rapports de force sont à l’origine d’institutions qui stabilisent le champ et reproduisent les structures de domination (Fligstein, 2001).

26Selon moi, une telle analyse court le risque de basculer d’un excès dans un autre. Comme le souligne Olivier Favereau, dans une comparaison entre la sociologie de Bourdieu et la théorie économique standard, il est tout aussi discutable de postuler que la stabilité résulte de la reproduction des rapports de force que de postuler qu’elle résulte d’une pure coordination concurrentielle (Favereau, 2001). De même, autant il est empiriquement exact que les dynamiques de champs organisationnels ne sont pas toujours le résultat de mécanismes de sélection concurrentielle, autant il ne faudrait pas négliger que la concurrence joue parfois ce rôle (Beckert, 1999). A la manière des réserves que j’émettais à l’encontre de Zelizer, on peut alors se demander si l’approche de Fligstein ne porte pas que sur une partie des processus observables dans la réalité. Dans un bref passage, de The architecture of markets, Fligstein reconnaît que son analyse ne devrait pas se résumer à l’idée que « tout est affaire de légitimité » ou que « tout est affaire de pouvoir ». Se référant à un article de Marco Orru, Nicole Biggart et Gary Hamilton paru dans DiMaggio et Powell (1991), il invite à « étudier les façons par lesquelles les impératifs sociaux et économiques se renforcent et se contredisent » (Fligstein, 2001, p. 190). Il n’est cependant pas évident que la référence proposée permette d’appréhender de façon satisfaisante les forces du marché…

27L’ambition de Orru, Biggart et Hamilton (1991) est effectivement de tenir compte de l’existence simultanée de pressions « institutionnelles » et de pressions « concurrentielles ». Pour cela, ils insistent sur le fait que la concurrence s’exerce toujours à l’intérieur de cadres institutionnels déterminés et font le constat que l’efficacité économique n’est pas conditionnée par l’existence d’un modèle unique d’organisation ou de relations inter-organisationnelles. A mes yeux, le problème est que sur cette base institutionnaliste, Orru, Biggart et Hamilton ne présentent ensuite que des situations où les relations entre organisations relèvent soit de la coopération soit de la coercition mais jamais de la concurrence. Ce constat se vérifie dans un article co-écrit par Mitchel Abolafia et Nicole Biggart (1991). En mobilisant de nouveau le cas des firmes communautaires japonaises (Orru et al., 1991), mais aussi ceux des réseaux de ventes à domicile (Biggart, 1988) et du Chicago Board of Trade (Abolafia, 1996), ces deux auteurs ne traitent que de formes extrêmement contenues de concurrence. Ils peuvent alors écrire que leurs travaux conçoivent la concurrence « comme une forme d’effort mutuel institutionnellement encastrée et socialement maintenue » ou faire le constat que « la concurrence est socialement construite et maintenue » (Abolafia et Biggart, 1991, p. 211 et 219). Les éléments ici accolés renvoient pourtant à deux questions différentes. Il y a d’un côté le cadre méthodologique général de la construction sociale de la concurrence et de l’autre, la situation particulière d’un verrouillage social de la concurrence. La confusion est ennuyeuse, surtout si elle donne l’impression que le choix du cadre méthodologique de l’encastrement-étayage implique de ne travailler que sur des situations fortement encastrées-insérées.

Conclusion

28En distinguant deux notions d’encastrement, renvoyant à deux formes de pensées de la relation entre l’économique et le social, j’espère avoir éclairé quelques débats et proposé une distinction utile pour l’analyse. Ainsi, cet article ne vise aucunement à contester la pertinence de la méthodologie générale en terme d’encastrement-étayage adoptée par les auteurs de la Nouvelle sociologie économique, mais à signaler la tendance commune à plusieurs de ces auteurs de se limiter à l’étude de situations fortement encastrées-insérées. Tous les travaux de la Nouvelle sociologie économique ne partagent pas cette tendance et il est possible d’y trouver des pistes pour travailler également sur les conditions institutionnelles qui génèrent de la mise en concurrence (Uzzi, 1996 ; White, 1981). Pour ma part, j’ai essayé dans un article consacré au commerce équitable (Le Velly, 2006) de mobiliser la méthodologie de l’encastrement-étayage pour décrire les conditions institutionnelles associées à différents niveaux d’encastrement-insertion et retracer les conséquences des mouvements observables de désencastrement-désinsertion.

29Un tel travail impliquait d’abord de mettre en avant la variété des conditions d’encastrement-étayage des circuits du commerce équitable. J’ai ainsi proposé de distinguer trois types de circuits que j’ai nommé filière directe (telle qu’elle existait en France au début des années 1980), filière intégrée-intermédiée (telle qu’elle existe aujourd’hui dans les réseaux de boutiques spécialisées), et filière déléguée-labellisée (telle qu’elle est promue par Max Havelaar France, Transfair Canada et les autres membres de FLO - Fairtrade Labelling Organizations). La comparaison de ces trois filières vise alors à souligner l’existence de différences dans les formes des réseaux construits entre producteurs et consommateurs, dans la nature des règles et outils utilisés pour sélectionner les producteurs, déterminer les prix, commercialiser les produits et offrir des garanties aux consommateurs, ainsi que dans les conceptions partagées de la raison d’être du commerce équitable.

30L’observation de ces trois points permet de mieux comprendre le fonctionnement concret des circuits du commerce équitable et d’appréhender leur degré d’encastrement-insertion. Il s’agit alors d’étudier les mécanismes qui rendent comparables les produits ou les producteurs et les mettent en concurrence, et symétriquement les dispositifs qui les singularisent et les écartent de la concurrence (Callon, 2002). Ainsi, le passage de la filière directe à la filière intégrée-intermédiée, puis celui de la filière intégrée-intermédiée à la filière déléguée-labellisée, constituent deux étapes qui accroissent progressivement le niveau de concurrence auquel sont soumis les produits équitables. Cela apparaît typiquement lorsque différents produits issus ou non du commerce équitable sont rendus comparables, en étant présentés côte à côte sur un rayon de supermarché sans guère plus d’information permettant de les distinguer les uns des autres. De la même façon, j’ai expliqué comment la stratégie de délégation retenue par Max Havelaar ou Transfair implique d’établir un registre des organisations de producteurs respectant les critères de FLO et de les placer par là même en situation de concurrence frontale.

31Les effets d’un niveau croissant de désencastrement-désinsertion peuvent alors être étudiés. Sur ce point, le cas du commerce équitable vient plutôt confirmer la réalité des tensions décrites par Polanyi ou Weber. L’observation comparée des différents circuits qui le composent suggère ainsi que l’accroissement de la mise en concurrence des produits et des producteurs est certes une condition du développement commercial du commerce équitable, mais aussi une source de ce que Weber nommait une rationalisation formelle de l’économie. Il est difficile d’établir un « commerce pas comme les autres », dès lors qu’augmente le degré de désencastrement-désinsertion. Pour le dire simplement, plus les impératifs d’efficacité concurrentielle croissent, moins il est possible de faire abstraction des prix de marché dans la détermination du prix équitable et de la qualité des produits dans la sélection des producteurs.

32Ce travail est encore inabouti. Dans l’article concerné (Le Velly, 2006), j’ai en particulier eu trop tendance à supposer une relation de causalité quasi-automatique entre réduction du niveau d’encastrement-insertion et affaiblissement de la rationalité matérielle. Il s’agirait aussi de mieux saisir que je ne l’ai fait les différentes conditions institutionnelles qui génèrent ou non de la mise en concurrence. Néanmoins, je continue à penser qu’un tel travail valait la peine d’être mené et que d’autres études dans ce sens gagneraient à être envisagées. Pour les circuits du commerce équitable comme pour d’autres marchés, les questionnements anciens portant sur les forces du marché méritent d’être gardés en mémoire et de susciter de nouvelles recherches.

Haut de page

Bibliographie

Abolafia, Mitchel (1996). Making markets: Opportunism and restraint on Wall Street, Cambridge, Harvard University Press, 240 p.

Abolafia, Mitchel et Nicole Biggart (1991). “Competition and markets : An institutional perspective”, dans Amitai Etzioni et Paul Lawrence (sous la direction de), Socio-Economics : Toward a New Synthesis, New York, Sharpe, pp. 211-231.

Appleby, Joyce (1978). Economic thought and ideology in seventeenth-century England, Princeton, Princeton University Press, 287 p.

Baehr, Peter (2001). “The iron cage and the shell as hard as steel: Parsons, Weber, and the stahlhartes Gehäuse metaphor in the protestant ethic and the spirit of capitalism”, History and Theory, vol. 40, n° 2, pp. 153-169.

Beckert, Jens (1999). “Agency, entrepreneurs and institutional change. The role of strategic choice and institutionalised practices in organizations”, Organization Studies, vol. 20, n° 5, pp. 777-799.

Beckert, Jens (1996). “What is sociological about economic sociology? Uncertainty and the embeddedness of economic action”, Theory and Society, vol. 25, n° 6, pp. 803-840.

Biggart, Nicole (sous la direction de) (2002). Readings in economic sociology, Oxford, Blackwell, 384 p.

Biggart, Nicole (1988). Charismatic capitalism, Chicago, The University of Chicago Press, 223 p.

Block, Fred (2003). “Karl Polanyi and the writing of The Great Transformation”, Theory and Society, vol. 32, n° 3, pp. 275-306.

Bohannan, Paul et George Dalton (sous la direction de) (1965). Markets in Africa. Eight subsistence economies in transition, New York, Anchor books, 372 p.

Bourdieu, Pierre, Alain Darbel, Jean-Paul Rivet et Claude Seibel (1963). Travail et travailleurs en Algérie, Paris, Mouton, 566 p.

Caillé, Alain (1993). La Démission des clercs. La crise des sciences sociales et l’oubli du politique, Paris, La Découverte, 297 p.

Callon, Michel (2002), “Pour en finir avec les incertitudes ?”, Sociologie du travail, vol. 44, n° 2, pp. 261-267.

Commons, John (2006). Legal Foundations Of Capitalism, Lawbook Exchange, 394p.

Convert, Bernard et Johan Heilbron (2007). “Where did the new economic sociology come from?”, Theory and Society, vol. 36, n° 1, pp. 31-54.

Crouch, Colin et Wolfgang Streeck(sous la direction de) (1997). Political Economy of Modern Capitalism. Mapping Convergence and Diversity, Londres, Sage, 212 p.

DiMaggio, Paul et Walter Powell (sous la direction de) (1991). The new institutionalism in organizational analysis, Chicago, The University of Chicago Press, 478 p.

DiMaggio, Paul et Walter Powell (1983). “The iron cage revisited: institutional isomorphism and collective rationality in organizational fields”, American Sociological Review, vol. 48, n° 2, pp. 147-160.

Dobbin, Franck (sous la direction de) (2004). The new economic sociology: a reader, Princeton, Princeton University Press, 520 p.

Durkheim, Emile (1998) [1893]. De la division du travail social, Paris, Presses Universitaires de France, 464 p.

Durkheim, Emile (1975) [1900]. “La sociologie et son domaine scientifique”, dans Emile Durkheim, Textes 1. Eléments d’une théorie sociale, Paris, Les éditions de minuit, pp. 13-36.

Enjolras, Bernard (1995). Le marché providence. Aide à domicile, politique sociale et création d’emploi, Paris, Desclée de Brouwer, 251 p.

Favereau, Olivier (2001). L’économie du sociologue ou penser (l’orthodoxie) à partir de Pierre Bourdieu, dans Bernard Lahire(sous la direction de), Le travail sociologique de Pierre Bourdieu. Dettes et critiques. Edition revue et augmentée, Paris, La Découverte, pp. 255-314.

Fine, Ben et Costas Lapavitsas (2000). “Markets and money in social theory: what role for economics?”, Economy and Society, vol. 29, n° 3, pp. 357-382.

Fligstein, Neil (2001). The architecture of markets: an economic sociology of twenty first century capitalist societies, Princeton: Princeton University Press, 274 p.

Fligstein, Neil (1990). The transformation of corporate control, Cambridge, Harvard University Press, 391 p.

Gemiki, Kurtulus (2008). “Karl Polanyi and the antinomies of embeddedness”, Socio-economic review, vol. 6, n° 1, pp. 5-33.

Granovetter, Mark (2000). “Introduction pour le lecteur français”, dans Mark Granovetter, Le marché autrement, Paris, Desclée de Brouwer, pp. 33-44.

Granovetter, Mark (1990), “The old and the new economic sociology: a history and an agenda”, dans Roger Friedland et Alexander Robertson (sous la direction de), Beyond the marketplace, Rethinking economy and society, New York, Aldine de Gruyter, pp. 89-112.

Hollingsworth, John et Robert Boyer (sous la direction de) (1997). Contemporary capitalism. The embeddedness of institutions, Cambridge, Cambridge University Press, 512 p.

Laville, Jean-Louis (2000). “Le tiers secteur. Un objet d’étude pour la sociologie économique”, Sociologie du travail, vol. 42, n° 4, pp. 531-550.

Le Velly, Ronan (2007). “Le problème du désencastrement”, Revue du MAUSS semestrielle, n° 29, pp. 241-256.

Le Velly, Ronan (2006). “Le commerce équitable : des échanges marchands contre et dans le marché”, Revue française de sociologie, vol. 47, n° 2, pp. 319-340.

Le Velly, Ronan (2002). “La notion d’encastrement : une sociologie des échanges marchands”, Sociologie du travail, vol. 44, n° 1, pp. 37-53.

Lévesque, Bernard, Gilles Bourque et Eric Forgues (2000). La nouvelle sociologie économique, Paris, Desclée de Brouwer, 200 p.

Marx, Karl (1844). Manuscrits parisiens.

Nelson, Julie (1998). “One sphere or two?”, The American Behavioral Scientist, vol. 41, n° 10, pp. 1467-1471.

North, Douglass (1990). Institutions, Institutional Change and Economic Performance, New York, Cambridge University Press, 159 p.

Orléan, André (1994). “Vers un modèle général de la coordination économique par les conventions”, dans André Orléan (sous la direction de), Analyse économique des conventions, Paris, Presses Universitaires de France, pp. 9-40.

Orru, Marco, Nicole Biggart et Gary Hamilton (1991). “Organizational isomorphism in East Asia”, dans Paul DiMaggio et Walter Powell (sous la direction de), The new institutionalism in organizational analysis, Chicago, The University of Chicago Press, pp. 361-389.

Polanyi, Karl (1983) [1944]. La grande transformation. Aux origines politiques et économiques de notre temps, Paris, Gallimard, 419 p.

Simmel, Georg (1999). Philosophie de l’argent. Collection Quatrige, 672p.

Steiner, Philippe (2007). “Karl Polanyi, Viviana Zelizer et la relation marchés-société”, Revue du MAUSS semestrielle, n° 29, pp. 257-280.

Swedberg, Richard (1997). “Economic sociology: what has been accomplished, what is ahead?”, Acta Sociologica, vol. 40, n° 2, pp. 161-82.

Thévenot, Laurent (1995). “Rationalité ou normes sociales : une opposition dépassée ? ”, dans Louis-André Gérard-Vallet et Jean-Claude Passeron (sous la direction de), Le Modèle et l’enquête. Les usages du principe de rationalité dans les sciences sociales, Paris, Éditions de l’EHESS, pp. 149-189.

Uzzi, Brian (1996). “The sources and consequences of embeddedness for the economic performance of organisations: the network effect”, American Sociological Review, vol. 61, n° 4, pp. 674-698.

Weber, Max (2003). L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme, suivi d’autres essais, Paris, Gallimard, 531 p.

Weber, Max (1978) [1922]. Economy and society, 2 volumes, Berkeley, University of California Press, 1470 p.

White, Harrison (1981). “Where do markets come from?”, American Journal of Sociology, vol. 87, n° 3, pp. 517-547.

Williamson, Oliver (1994) [1985]. Les institutions de l’économie, Paris, Inter-éditions, 404 p.

Zelizer, Viviana (2005). The purchase of intimacy, Princeton, Princeton University Press, 368 p.

Zelizer, Viviana (2001). “Transactions intimes”, Genèses, n° 42, pp. 121-144.

Zelizer, Viviana (2000). “Fine tuning the Zelizer view”, Economy and Society, vol. 29, n° 3, pp. 383-389.

Zelizer, Viviana (1994). The social meaning of money, New York, Basic Books, 286 p.

Zelizer, Viviana. (1988). “Beyond the polemics on the market: establishing a theoretical and empirical agenda”, Sociological Forum, vol. 3, n° 4, pp. 614-634.

Zelizer, Viviana (1985), Pricing the priceless child: the changing social value of children, New York, Basic books, 277 p.

Zelizer, Viviana. (1983) [1979]. Morals and markets: the development of life insurance in the United-States, New Brunswick, Translation, 208 p.

Haut de page

Notes

1  Je n’adopte pas la conception très large de la Nouvelle sociologie économique retenue dans l’ouvrage de Lévesque et al. (2000). Autant pour m’en tenir au sens conventionnel que pour faire référence à un ensemble aux perspectives de recherche relativement homogènes, je n’inclus derrière ce terme ni les travaux de l’École de régulation, ni ceux du M.A.U.S.S. (Mouvement anti-utilitariste dans les sciences sociales), ni ceux de l’Économie plurielle et solidaire.

2  J’ai développé cette question dans Le Velly (2007), dont j’emprunte quelques éléments dans cette fin d’introduction et dans la première partie.

3  L’expression « cage de fer » est utilisée dans la première traduction française de L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme (par Jacques Chavy en 1963)et s’inspire partiellement de la célèbre « iron cage » de la traduction américaine de Talcott Parsons. Même si le terme traduit mal la pensée Weber, je le conserve en raison de son succès dans le sciences sociales (Baehr, 2001). Par ailleurs, je me permets de renvoyer à Le Velly (2006) pour une présentation plus détaillée de l’analyse wéberienne du cosmos capitaliste.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ronan Le Velly, « Karl Polanyi, la Nouvelle sociologie économique et les forces du marché », Revue Interventions économiques [En ligne], 38 | 2008, mis en ligne le 01 décembre 2008, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://interventionseconomiques.revues.org/282

Haut de page

Auteur

Ronan Le Velly

Université de Nantes, Centre Nantais de Sociologie

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Interventions économiques sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université du Québec à Montréal (UQAM)
  • Logo TELUQ
  • Logo Centre d'études sur l'intégration et la mondialisation (CEIM)
  • Logo La revue est reconnue et financée par le programme de soutien aux revues savantes du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH)
  • Logo Centre de recherche sur les innovations sociales (CRISES)
  • Logo Alliance de recherche université communauté sur la « gestion des âges et des temps sociaux » (ARUC-GATS)
  • Logo Faculté de science politique et de droit | UQAM
  • Logo Association d’Économie Politique
  • Logo DOAJ
  • Revues.org