Navigation – Plan du site
Comptes rendus

François Bost et allii. Images économiques du monde 2017: géopolitique, géoéconomie, Malakoff, Armand Colin, 2016, 430 p.

Sylvain Zini

Texte intégral

1La rapidité d’accès à l’information à l’ère d’internet et des réseaux sociaux a considérablement fragilisé le statut de l’imprimé. La presse, l’art littéraire et la recherche universitaire en ont été les principales victimes. Dans ce contexte de l’accès instantané à l’information, un des secteurs les plus durement touchés est l’édition d’œuvres à caractère encyclopédique. La suppression de la version papier de l’Encyclopédie Universalis est le signe d’une nouvelle époque. Tiraillé entre les fournisseurs de contenus libres (Wikipedia) et le maintien de versions électroniques payantes des anciens pourvoyeurs de savoir, l’édition encyclopédique se doit de réagir à un contexte de changements permanents. Malgré les défis économiques auquel est confronté ce microcosme, il convient de rappeler l’aspect fondamental de l’exercice savant qui consiste à réunir une somme de savoir à un moment donné, tout en garantissant l’expertise des parties prenantes à l’exercice. C’est dans cette perspective que nous tenions à souligner la qualité du travail des universitaires (principalement des géographes) qui ont participé à l’écriture des Images économiques du monde 2017. Cet ouvrage annuel et synthétique de référence vise à cerner les principales tendances économiques et politiques du monde, en rappelant l’historique récent et en se concentrant sur les tendances de l’année écoulée (2015-2016). Le lecteur curieux aura la chance de pouvoir compter sur un ensemble de textes synthétiques organisés en quatre parties : un dossier d’actualité, une section « population et société », une section économie et échanges et une dernière section consacrée aux principales « aires régionales et pays ».  Des textes courts de deux à quatre pages résument l’essentiel de chacun des sujets abordés. Par ailleurs, chaque section est agrémentée d’un nombre considérable de tableaux, de graphiques et de cartes offrant des illustrations claires et pertinentes des tendances commentées. Revenons sur les principales tendances évoquées dans l’ouvrage en fonction de chacune des thématiques.

2Dans la première partie consacrée au tourisme, Christian Girault dresse un tableau d’ensemble d’un phénomène qui prend une ampleur considérable dans le contexte de la mondialisation. Rappelant l’augmentation exponentielle des flux de tourisme international depuis les années 1980, l’auteur développe une analyse des principaux facteurs influents sur le nombre de voyages internationaux : l’accroissement de la concurrence dans l’industrie du transport des personnes, la fluctuation des prix de l’énergie, la qualité des services consulaires des pays hôtes ou encore la qualité de l’accueil des grands sites touristiques. Après avoir fait le portrait des grandes régions touristiques, Christian Girault nous offre un panorama de l’évolution de l’offre de produits touristiques. Partant du rajeunissement des modèles traditionnels (stations balnéaires, sites historiques), il nous explique les nouvelles tendances du tourisme de niches orienté vers des objets plus spécifiques (astronomie par exemple). Variant sur le contenu, l’offre touristique semble aussi avoir évolué sur la forme. Les hébergeurs et restaurateurs ont dû s’adapter à la révolution numérique, ce d’autant plus que ces derniers font face à l’apparition des nouveaux concurrents offrant des services à bon marché (plateformes numériques, économie du partage). L’avant-dernier élément mentionné est le rôle majeur des politiques publiques du tourisme. Secteur d’activité relevant essentiellement du privé, l’État doit toutefois mettre en œuvre des politiques touristiques actives pour améliorer son rendement. Règles sanitaires, politiques de promotion ou encore exemptions réglementaires pour favoriser le développement du secteur, il existe de multiples voies pour établir des politiques touristiques efficaces. Dans une dernière section, l’auteur nous rappelle à quel point le secteur est sensible aux risques mettant potentiellement en jeu la vie des touristes (risques sanitaires, géopolitiques ou encore terrorisme). Il indique à ce titre à quel point les acteurs publics (sécurité à la frontière) et privés (assurances) ont un rôle essentiel à jouer dans la sécurisation nécessaire au secteur. En Bref, Christian Girault résume de façon claire et concise les grandes tendances d’un secteur économique qui est un des vecteurs de la mondialisation.

3Dans la section population et société, sept thématiques sont traitées, chacune par un auteur différent : le vieillissement de la Chine, les inégalités et la tarification des transports en commun, les villes moyennes, la crise migratoire syrienne, les regroupements universitaires, le tourisme médical et les conférences des parties (environnement). Si aucune unité apparente ne relie ces différents textes, chacun d’entre eux offre un éclairage sur les enjeux sociaux et démographiques dans un langage clair et accessible à un large public.

4La troisième section, la plus intéressante de notre point de vue (déformation professionnelle), est celle qui traite de l’économie et des échanges. Les spécialistes de l’économie internationales sont habituées à longuement travailler avec de multiples bases de données pour étudier les grandes tendances faisant la mondialisation (commerce, investissement, firmes…). Soulignons la qualité du travail réalisé au sein de cette section qui synthétise l’évolution économique du monde à partir de deux outils. Premièrement, les auteurs résument en quelques paragraphes les tendances récentes de tous les flux d’échanges internationaux (commerce, IDE), mais aussi de l’évolution des grands secteurs de l’économie mondiale (agriculture, automobile, produits miniers, etc.). Deuxièmement, pour chacun des sujets, les auteurs fournissent des tableaux et graphiques illustrant ces grandes tendances. Que cela soit pour des motifs pédagogiques ou simplement pour satisfaire rapidement sa curiosité sur l’économie mondiale, le lecteur sera subjugué par l’exhaustivité de la section, et ce dans un espace assez restreint.

5Enfin, la dernière section occupant à peu près la moitié de l’ouvrage est consacrée à une revue économique et politique des grandes tendances par pays regroupés par continent ou sous-région. Ici encore, un équilibre adéquat a été trouvé entre la densité des informations fournie et le caractère synthétique de chacune des entrées. Originalité de l’exercice : les géographes ayant participé à cet ouvrage nous offrent la description de l’évolution de certaines grandes villes dans chacun des continents, chose inusitée dans ce genre d’exercice, mais tout à fait pertinente. La section dans son ensemble offre des portraits synthétiques de l’évolution économie et politique de la plupart des pays du monde, chaque section étant précédée par une synthèse des grandes mutations du continent ou de la région étudiée. Le lecteur devra toutefois oublier tout espoir de se réjouir à la lecture de la mouture 2017 de l’exercice. L’économie et la politique de chacune des zones étudiées semblent être à peu près toutes occupées par l’inquiétude, la crise et/ou la guerre. Parmi les tendances sombres recensées, évoquons : l’instabilité politique et la guerre au Moyen-Orient, la fragilité des économies africaines dans un contexte politique souvent hostile, la récession économique touchant une bonne part de l’Amérique du Sud, baisse du prix du pétrole et son impact sur les pays du golfe persique, ou encore l’Asie centrale, la faiblesse de la reprise en Europe couplée aux incertitudes reliées au Brexit. Bref, mis à part l’Asie de l’Est (malgré un certain ralentissement), et l’Amérique du Nord (mais l’ouvrage a été écrit avant l’élection de Trump), il n’y a pas beaucoup de portions du globe qui se trouve dans une situation enviable par les temps qui courent.

6Dans un monde où dominent l’accès en temps réel à une information dont la qualité, au demeurant, est contestable et la surspécialisation de la recherche universitaire, convenons que l’exercice réalisé par les auteurs des Images économiques du monde 2017 vont doublement à contre-courant. Comme souligné en introduction, cette publication annuelle se situe dans la tradition du savoir encyclopédique cherchant à synthétiser les grandes lignes de l’évolution de l’économie et de la politique mondiales. À l’encontre de l’information instantanée, ce travail est le fruit de l’expertise des collaborateurs qui font un grand effort pour vulgariser leur savoir. Il s’agit donc d’une source fiable et accessible à l’étudiant comme au citoyen curieux. Au revers d’une surspécialisation universitaire qui n’est pas exempte de tout défaut, l’ouvrage permet effectivement au lecteur de se faire une image aussi fidèle que possible de l’évolution du monde tel qu’il est. Cette image est synthétique et générale, reliant ainsi les savoirs spécifiques de chacun des spécialistes impliqués dans la production de cette somme. En somme, tant sur le fond que sur la forme, nous avons été convaincus de la pertinence de l’exercice et encourageons vivement les responsables de l’édition de cette publication annuelle à persévérer. Même à contre-courant.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvain Zini, « François Bost et allii. Images économiques du monde 2017: géopolitique, géoéconomie, Malakoff, Armand Colin, 2016, 430 p. », Revue Interventions économiques [En ligne], 57 | 2017, mis en ligne le 01 avril 2017, consulté le 28 juin 2017. URL : http://interventionseconomiques.revues.org/3054

Haut de page

Auteur

Sylvain Zini

Sylvain Zini est membre du Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) et chargé de cours à l’UQAM zini.sylvain@uqam.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Interventions économiques sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Association d’Économie Politique
  • Logo DOAJ
  • Revues.org