Navigation – Plan du site

Le bien-être : discours politique et politiques publiques dans le monde anglophone

Réception de la version définitive des articles : 31 janvier 2018

Mise en contexte

Au cours de ces dix dernières années, les responsables politiques ont montré un intérêt renouvelé pour le concept de bien-être, ou de bonheur, deux termes qui sont souvent utilisés indifféremment dans le discours, et pour leur mesure au niveau national et régional. Au Royaume-Uni, le bien-être a commencé à susciter une attention nationale grandissante à partir de 2006. Il a alors été associé au bonheur, avec la publication très médiatisée des recherches de Layard, intitulées Happiness. Lessons from the New Science (2005), accompagnée de déclarations politiques comme celle de David Cameron, arguant en faveur de la mesure du bonheur intérieur brut. En réalité, il n’existe pas de définition officielle du bien-être au Royaume-Uni, comme nulle part ailleurs. Certains considèrent donc que le bien-être est l’équivalent du bonheur (Layard), tandis que d’autres relient le concept à la satisfaction, à la qualité de vie ou à la durabilité économique (OCDE, 2014, Scott, 2012).

La recherche récente sur le bien-être s’est centrée sur le bien-être subjectif qui, dans le domaine de la science économique, est proche de « l’utilitarisme délibératif » de John Stuart Mill : ce que les gens pensent et ressentent de leur vie. En effet, Mill rejetait l’hédonisme et défendait le bonheur humain consistant en l’exercice des capacités rationnelles de chacun. L’accent mis sur le bien-être « délibératif » est apparu après la publication de l’étude de 2009, rédigée sous la direction des économistes Jean-Paul Fitoussi, Amartya Sen, et Joseph Stiglitz, à la demande du Président Nicolas Sarkozy (Fitoussi, Sen, Stiglitz, 2009). L’Organisation pour la coopération et le développement économique (OCDE) a pris en compte les recommandations du rapport et publié un tableau de bord des indicateurs permettant de mesurer à la fois le bien-être objectif et subjectif. Dans le même esprit, en 2010, le premier ministre britannique David Cameron a chargé l’organisme national responsable des statistiques au Royaume-Uni, l’ONS, de créer un « indice du bonheur au Royaume-Uni », dans le cadre du projet sur le bien-être financé à hauteur de 2 millions de livres par année. Les documents de l’ONS considèrent ce type de bien-être subjectif comme permettant de donner une mesure fiable du bien-être et l’organisme indique qu’il le privilégie par rapport aux normes hédonistes dans les enquêtes conduites par les pouvoirs publics ou par les organismes ayant reçu leur aval au Royaume-Uni (ONS 2010, 2012, 2016). De récentes études considèrent aussi que le bien-être « comporte trois caractéristiques principales : la dimension matérielle qui met l’accent sur le bien-être matériel et le niveau de vie, la dimension relationnelle qui privilégie les relations personnelles et sociales, et la dimension subjective qui accorde de l’importance aux valeurs et aux perceptions. » Ces trois dimensions sont interdépendantes et les frontières qui les séparent très largement fluides (McGregor, 2007 ; Sumner and Mallett, 2013).

Cependant, l’accent mis sur le bien-être subjectif et, en particulier, sur « l’utilitarisme délibératif » nous éloigne des questions plus objectives liées aux inégalités ou à la protection sociale (Blanchflower, 2009; Gadrey, 2012). En effet, les récentes mesures du bien-être au Royaume-Uni ne prennent pas en compte les inégalités structurelles ou les relations sociales entre les communautés, qui constituent également des moteurs essentiels du bien-être. En outre, la signification du bien-être subjectif se rapproche de celle de l’utilité économique, car elle traite de « l’avantage personnel retiré par un individu d’une interaction particulière ou d’un comportement particulier » (Eichhorn, 2013).

La résurgence, depuis les années 1980, du laissez-faire du libéralisme économique du XIXe siècle représente donc une clé permettant une meilleure compréhension du contexte actuel de la notion de bien-être, qui favorise moins la protection sociale d’une façon générale et se préoccupe davantage de mesurer le bien-être individuel (Scott, 2012; Eichhorn, 2013). L’enthousiasme pour la mesure du bien-être ne semble toutefois pas être partagé par les États-Unis, où le modèle néo-libéral constitue également un cadre essentiel du paysage économique, politique et social. En effet, ceux qui étaient à l’origine de la promotion de la mesure du bien-être (Miringoff, 1999 ; Kahneman & Krueger, 2006 ; Gallup, 2008-2016) ont eu du mal à convaincre les agences, les législateurs et le public qu’il serait utile de recueillir et d’analyser des données sur le bien-être subjectif afin de pouvoir guider les politiques publiques. C’est assez surprenant pour un pays dont la Déclaration d’indépendance mentionne clairement que la recherche du bonheur constitue l’un des droits inaliénables de ses citoyens. Il est fort probable que les études montrant que la motivation pour la recherche du bonheur ne se traduisait pas par davantage de bien-être pour les Américains, aient refroidi l’enthousiasme à dépasser le taux de croissance du PIB, et à mesurer le bien-être dans ce pays (Easterlin, 1974 ; Lane, 2000 ; Frey and Stutzer, 2002 ; Shah and Marks, 2004 ; Pauwels 2014).

Thématique du numéro

Après un examen attentif, il s’avère que le bien-être représente bien une caractéristique principale permettant de définir les politiques publiques aux États-Unis tout comme au Royaume-Uni, et aussi dans beaucoup d’autres nations anglophones au sein d’une grande diversité de cadres économiques et sociaux.

Ce numéro a donc pour objectif de tenter de dépasser les complexités en matière de définition et d’explorer comment le bien-être a été et est toujours représenté dans le discours politique ainsi que dans les politiques publiques économiques et sociales destinées à en assurer la promotion dans le monde anglophone. Des études comparatives avec d'autres cultures et pays non anglophones seront aussi les bienvenues

Nous serions très heureux de recevoir des articles traitant des questions suivantes :

  • Les représentations historiques du bien-être promouvant la mise en place de politiques publiques et leur mise en œuvre

  • Le discours politique contemporain sur le bien-être dans la conduite des politiques.

  • Le discours sur le bien-être et les politiques mises œuvre dans les différents contextes sociaux et économiques : les politiques en matière d’éducation et leur mise en pratique, les systèmes et les services de santé, les réformes du marché du travail, le développement durable et l’environnement, les politiques publiques au niveau régional,…

Comité de coordination

  • Dalingwater, Louise, Université Sorbonne Nouvelle, Paris 3 : louise.dalingwater@univ-paris3.fr

  • Costantini, Iside, Université de Bretagne Occidentale : isidecost@hotmail.com

  • Champroux, Nathalie, Université Paris Est Créteil, Créteil : champroux@u-pec.fr

Modalités

Veuillez envoyer le résumé de votre proposition (1 page maximum) avant le 8 juillet 2017 au comité de coordination du numéro, en anglais ou en français, au choix. Réponse du comité le 18 juillet 2017.

Une fois la proposition acceptée, la version complète du texte sera à remettre pour le 31 janvier 2018.

Les textes seront examinés de façon anonyme par deux lecteurs externes (ou trois s’il n’y a pas entente sur l’évaluation). Les auteurs doivent garder à l’esprit que la revue se garde le droit de refuser des articles à l’issue de cet examen.

Les articles soumis présenteront des résultats de recherche originaux et des qualités telles que la lisibilité et la pertinence par rapport à la problématique générale du numéro.

Protocole de rédaction

Les articles proposés au Comité de coordination doivent être originaux, ne pas avoir été soumis ailleurs et ne pas avoir été publiés dans une autre langue. Les articles doivent être rédigés en français ou en anglais et ne pas excéder 9 000 mots, notes et bibliographie incluses. Ils devront être accompagnés d'un court résumé d'une dizaine de lignes, en anglais et en français, et de cinq mots clé, en anglais et français également. Ils devront suivre les normes éditoriales de la revue, disponibles à l’adresse suivante : http://interventionseconomiques.revues.org/65

L'auteur fournira les renseignements suivants : son nom, son adresse, son numéro de téléphone, son adresse électronique ainsi que son titre et son établissement de rattachement.

Les articles publiés restent la propriété de la revue.

  • Logo Université du Québec à Montréal (UQAM)
  • Logo TELUQ
  • Logo Centre d'études sur l'intégration et la mondialisation (CEIM)
  • Logo La revue est reconnue et financée par le programme de soutien aux revues savantes du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH)
  • Logo Centre de recherche sur les innovations sociales (CRISES)
  • Logo Alliance de recherche université communauté sur la « gestion des âges et des temps sociaux » (ARUC-GATS)
  • Logo Faculté de science politique et de droit | UQAM
  • Logo Association d’Économie Politique
  • Logo DOAJ
  • Revues.org