Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Les travaux sur le rôle de la qualité de vie urbaine en rapport avec la compétitivité économique des villes sont relativement peu nombreux (Donald, 2001[5] ; Andrews, 2001[6] ; Rogerson, 1999[7] ; Gottlieb, 1995[8] ; Wish, 1986[9] ; Malecki, 1985[10] ; R. Tremblay, 2006[11]). Ailleurs, le type et le nombre d’indicateurs choisis pour définir le concept de qualité de vie urbaine varient considérablement comme le montre Martha O’Mara (1998[12]) dans son analyse des principaux ouvrages de références sur la qualité de vie des villes américaines ; en effet, les indicateurs varient en nombre de dix à plus de cent.

2Pour notre part, nous définissions à ce stade-ci la qualité de vie urbaine comme une mesure de la vitalité économique, du mieux-être social, de l’intégrité environnementale et de la congruence socioculturelle (FCM, 2001[13]) parce que ces indicateurs recoupent des facteurs qui répondent aux préoccupations des personnes, des travailleurs, des citoyens et des familles.

3L’ouvrage de Richard Florida (2002) The Rise of the Creative Class, portant sur l’importance primordiale qu’accorderaient les talents à la qualité de vie urbaine, a attiré l’attention de nombreux spécialistes des études urbaines en Amérique du Nord et en Europe. Selon l’auteur, les villes les plus susceptibles d’attirer ce qu’il appelle la Creative Class (30 % de la population active aux USA selon cette thèse) sont celles qui offrent le meilleur cadre de vie naturel, social et culturel (en particulier la tolérance envers les « gais »). Par contre, bon nombre de chercheurs, dont Markusen et King (2003[14]), Shearmur (2005[15]), Lang (2006[16]), Markusen (2006[17]), Peck (2005[18]) et R. Tremblay (2004b[19]), entre autres, doutent qu’il soit possible de faire un lien causal entre le succès économique d’une ville et la « tolérance » de ses résidents.

4Joel Kotkin (2000[20] ; Kotkin et Siegel, 1999[21]) propose d’autres critères auxquels les talents porteraient attention. Contrairement à Richard Florida, Kotkin croit que les talents sont moins attirés par la vie animée d’un centre-ville, préférant vivre en communautés à proximité d’établissements de style campus regroupant plusieurs entreprises de haute technologie et autour desquelles résident les employés et leur famille : La Jolla en périphérie de San Diego, Cary près de Raleigh et Kanata, ex-municipalité d’Ottawa, correspondent à ce concept. D’autre part, Manuel Castells et Peter Hall (1994[22]) sont plus catégoriques : les talents recherchent d’abord et avant tout un milieu de travail intellectuellement mobilisateur, alimenté par « les réseaux sociaux et les organisations professionnelles » (p.26). Enfin, l’on pourrait étendre l’analyse et y ajouter les concepts ou environnements que Brown et Duguid (2000[23]) désignent sous le terme de communities of practice.

5Dans le cadre d’une étude à plus petite échelle portant sur les facteurs d’attraction des entreprises et des talents dans la banlieue du savoir montréalaise de Laval, Tremblay et al (2006[24]) et Naud et Tremblay (2006[25]) ont observé une tendance différente de celle évoquée dans la théorie de Florida. Par ailleurs, une étude comparative des 90 villes nord-américaines de plus de 500 000 habitants a permis de mettre en évidence différents indicateurs d’intensité de capital humain et de poids des secteurs high tech furent mis en valeur (Polèse et Tremblay, 2004[26] ; R. Tremblay, 2004a[27]). Cette exploration porte à croire que les critères usuels d’une « bonne » qualité de vie urbaine seraient moins déterminants que ne le laissent croire certains chercheurs.

6La relation entre la qualité de vie et la compétitivité de villes du savoir doit donc être revue car la qualité de vie, souvent mesurée par le taux de criminalité à titre de facteur discriminant, procure une information répulsive et non constructive eu égard à la coopération et au leadership attendus (Stimson, Stough et Roberts, 2002[28]).

7Ce numéro spécial d’Intervention économiqueprésente des articles traitant, de façon plus ou moins directe, de la qualité de vie en rapport avec la compétitivité urbaine. D’abord, Sénécal, Hamel, Collin et Huot discutent des outils et des méthodologies servant à mesurer la qualité de vie urbaine en passant en revue les principaux jalons qui constituent l’expérience canadienne en ce domaine. Ils s’inspirent principalement du modèle de mesure de la qualité de vie développé par la Fédération canadienne des municipalités (FCM), un des modèles les plus respectés au pays. Ensuite, McCann se questionne sur la pertinence pour la technopole d’Austin au Texas de rédiger ses politiques de développement urbain et socioéconomique en s’inspirant des écrits de la classe créative de Richard Florida. Tremblay, Rogerson et Chicoine traitent pour leur part des imprécisions, voir des bavures que contiennent les palmarès urbains, outils pourtant si populaires auprès les « vendeurs » de villes. Les auteurs illustrent leur propos à partir du Cities Ranked and Rated, véritable catalogue contenant un classement comparatif de centaines de villes américaines et canadiennes.

8Le texte suivant, de Sébastien Darchen et Diane-Gabrielle Tremblay, vise à identifier les concepts sur lesquels s’appuie la thèse de la classe créative développée par Richard Florida . Le texte se penche sur deux points en particulier, soit l’origine de la théorie et son apport en ce qui concerne les facteurs d’attraction des populations en milieu urbain et le thème de la compétitivité urbaine.

9Par la suite, ce numéro présente trois entrevues réalisées auprès de spécialistes américains en études urbaines : Betsy Donald, géographe à la Queen’s University à Kinston en Ontario, Peter Kresl, économiste à la Bucknell University en Pennsylvanie et de Robert Lang, sociologue à la Virginia Technologie and State University (campus d’Alexandria près de Washington). Ces chercheurs ont été interviewés sur leurs recherches, traitant de sujets connexes aux concepts de qualité de vie urbaine, de classe créative, et de compétitivité urbaine en Amérique du Nord.

Haut de page

Bibliographie

ANDREWS, Clinton J. (2001) Analyzing Quality-of-Place. Environment and Planning B. 28 : 201-217.

BROWN, John S. et DUGUID, Paul (2000) The Social Life of Information. Cambridge : Harvard University Press.

CASTELLS, Manuel et HALL, Peter (1994) Technopoles of the World. London : Routledge.

DONALD, Betsy (2001) Economic Competitiveness and Quality of Life in City Regions : compatible concepts ?Canadian Journal of Urban Research, 10(2) : 259-274.

FCM (Fédération canadienne des municipalités) (2001) La qualité de vie dans les collectivités. Ottawa : deuxième rapport.

GOTTLIEB, Paul (1995) Residential Amenities, Firm Location and Economic Development. Urban Studies. 9 : 1413-1436.

KOTKIN, Joel (2000) The New Geography. New York : Random House.

KOTKIN, Joel et SIEGEL, Fred (1999) Digital Geography. Indianapolis : Hudson Institute.

LANG, Robert (2006) The Sociology of the Creative Class. Dans : TREMBLAY, Diane-Gabrielle et TREMBLAY, Rémy (eds) La compétitivité à l’ère de la nouvelle économie. Québec : Presses de l’Université du Québec.

MALECKI, Edward (1985) Industrial Location and Corporate Organizations in High Technology Industries. Economic Geography. 61 : 345-369.

MARKUSEN, Ann et KING, David. (2003) The Artistic Dividend : The Arts’ Hidden Contributions to Regional Development. Minneapolis : Humphrey Institute of Public Affairs, University of Minnesota.

MARKUSSEN, Ann (2006) Urban Development and the Politics of a Creative Class. Minneapolis : Humphrey Institute of Public Affairs, University of Minnesota, Working Paper.

NAUD, Daniel et TREMBLAY, Rémy (2006) Discours sur la qualité de vie et la compétitivité des villes du savoir. dans TREMBLAY, Diane-Gabrielle et TREMBLAY, Rémy (eds) La compétitivité à l’ère de la nouvelle économie. Québec : Presses de l’Université du Québec.

O’MARA, Martha (1998) Strategic Drivers of Location Decision for Information-Age Companies. Journal of Real Estate Research, 17(3) : 365-386.

PECK, Jamie (2005) Struggling with the Creative Class. International Journal of Urban and Regional Research, 29(4) : 211-233.

POLÈSE, Mario et TREMBLAY, Rémy (2005) L’économie du savoir et la manie des « rankings » : une analyse intégrée des villes canadiennes et américaines. Géographe canadien/Canadian Geographer.49(2): 198-213.

ROGERSON, Robert J. (1999) Quality of Life and City Competitiveness. Urban Studies. 36(5-6) : 969-985.

SHEARMUR, Richard (2005) L’aristocratie du savoir, quelques réflexions sur la thèse de Richard Florida. Montréal : INRS-UCS, Document de recherche.

STIMSON, Robert ; STOUGH, Robert et Brian ROBERTS (2002) Regional Economic Development. Berlin : Springer.

TREMBLAY, Rémy (2004a) Revue des principaux classements des technopoles américaines. Revue canadienne de sciences régionales/Canadian Journal of Regional Sciences. 27(1) : 73-89.

TREMBLAY, Rémy (2004b) Quelques mises en garde contre la classe créative de Richard Florida. Urbanité. Revue de l’Ordre des urbanistes du Québec. (novembre).

TREMBLAY, Rémy et al (2006) Qualité de vie et compétitivité économique à Laval. Montréal : Laboratoire de recherche sur les villes du savoir, Téluq, Document de recherche 1.

TREMBLAY, Rémy et al (2006) Qualité de vie et compétitivité économique à Laval. Montréal : Laboratoire de recherche sur les villes du savoir, Téluq, Document de recherche 1.

WISH, Nigel (1986) How We Really Measuring the Quality of Life ? American Journal of Economics and Sociology. 45 : 93-99.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rémy Tremblay, « Introduction », Revue Interventions économiques [En ligne], 37 | 2008, mis en ligne le 01 février 2008, consulté le 22 août 2017. URL : http://interventionseconomiques.revues.org/472

Haut de page

Auteur

Rémy Tremblay

Chaire de recherche du Canada sur les villes du savoir, Télé-université, Université du Québec à Montréal

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Interventions économiques sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université du Québec à Montréal (UQAM)
  • Logo TELUQ
  • Logo Centre d'études sur l'intégration et la mondialisation (CEIM)
  • Logo La revue est reconnue et financée par le programme de soutien aux revues savantes du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH)
  • Logo Centre de recherche sur les innovations sociales (CRISES)
  • Logo Alliance de recherche université communauté sur la « gestion des âges et des temps sociaux » (ARUC-GATS)
  • Logo Faculté de science politique et de droit | UQAM
  • Logo Association d’Économie Politique
  • Logo DOAJ
  • Revues.org