Navigation – Plan du site

La thèse de la « classe créative » : son incidence sur l’analyse des facteurs d’attraction et de la compétitivité urbaine

Sébastien Darchen et Diane-Gabrielle Tremblay

Résumés

Richard Florida propose dans sa thèse du développement économique en milieu urbain dite de la « classe créative » une conception innovante de la notion de capital humain en se fondant sur ce qu’il nomme le capital créatif. Dans le cadre de cette article, nous nous attachons à mieux cerner la définition de la notion de capital créatif proposée par l’auteur ainsi que les attributs qu’une ville doit posséder afin d’attirer ce capital et de le mettre en valeur. Notre objectif est d’expliciter la méthodologie utilisée afin de valoriser la pertinence de la notion de capital créatif et de présenter les applications possibles de cette thèse en milieu urbain. Nous revenons également sur certaines des critiques qui ont caractérisé l’analyse de la thèse du développement économique proposée par Florida.

Haut de page

Introduction

Cet article a pour objectif d’identifier les concepts sur lesquels s’appuie la thèse de la classe créative développée par Richard Florida quant à l’analyse des dynamiques économiques contemporaines, notamment en ce qui a trait à sa définition du capital humain (ou des talents, pour reprendre ses termes) en tant que facteur déterminant du développement économique en milieu urbain. Pour ce faire, nous nous intéressons à deux points en particulier, soit l’origine de la théorie et son apport en ce qui concerne les facteurs d’attraction des populations en milieu urbain et le thème de la compétitivité urbaine. Nous rappelons comment cette approche du développement économique se rattache à un courant en économie urbaine qui a depuis longtemps fait le lien entre d’une part, le potentiel créatif d’un espace géographique ou d’une catégorie de la population en particulier et d’autre part, l’innovation nécessaire au développement économique. Nous revenons également sur la méthodologie utilisée par Richard Florida pour justifier son approche du développement économique en milieu urbain, l’objectif étant de clairement identifier les principes, les indices et les indicateurs à partir desquels cette thèse est construite. Nous énumérons les critiques faites à l’encontre de la thèse en question, mais soulignons également ses mérites, notamment en ce qui a trait au fait de repenser les initiatives en termes de développement économique en s’appuyant sur la valorisation du capital humain. Nous revenons également sur les applications de cette thèse qui ont déjà eu lieu dans un certain nombre de villes en Amérique du Nord et exprimons certaines réserves quant à son application dans le cadre de politiques de développement urbain qui ne se baseraient que sur cette dernière afin de favoriser la compétitivité des villes.

Fondements d’une thèse d’inspiration sociologique sur le développement économique en milieu urbain

La thèse de Richard Florida s’est fait connaître suite à la publication de trois ouvrages successifs, publiés chez des éditeurs « grand public »: The Rise of the Creative ClassandHow It’s Transforming Work Leisure and Everyday Life (2002), The Flight of the Creative Class: the New Global Competition for Talent (2005a) et Cities and the Creative Class (2005b). Ce dernier ouvrage insistant particulièrement sur le lien entre la définition du capital humain de Florida et les éléments qui font qu’une ville soit attrayante pour la catégorie de la « classe créative » en particulier, nous faisons ici principalement référence à cet ouvrage. Il convient également de préciser que la thèse a également été promue par le biais de l’entreprise de Florida, Catalyx, par un autre organisme qu’il dirige, appelé Creative Class Group, et par de nombreuses entrevues dans les médias et des conférences destinées à un public majoritairement composé de décideurs politiques et d’acteurs de la sphère économique.

  • 1  Voir le numéro 36 de la revue Interventions économiques consacré à Veblen : http://www.teluq.uqueb (...)

Les fondements de la thèse de Florida se rapprochent de la notion d’idéal-type de Weber. Le lien entre l’économie urbaine et l’émergence d’une classe sociale en particulier a en effet été mis en évidence par d’autres travaux avant ceux de Florida. Veblen (1899) et Mills (1951) avaient déjà identifié l’émergence d’une certaine classe sociale en fonction de l’évolution économique en milieu urbain. L’analyse de Veblen (1899)1 en particulier est très proche de la thèse de Florida. Veblen (1899) aurait en effet anticipé la théorie de la croissance endogène en démontrant que le changement technologique était essentiellement un processus de transformation culturelle et notamment que cette faculté à instituer le changement est détenue par une certaine classe de la société (Interventions économiques, 2007 ; Brette, 2002). La thèse de Florida s’inscrit également dans la tradition des théories sociales héritées de l’École de Chicago qui mettent en valeur l’influence du mode de vie urbain sur la personnalité des individus (Lang, 2006, p. 317). Florida s’appuie donc sur un courant de pensée déjà existant ; il réactualise l’idée que la ville est le lieu de la créativité et de l’innovation, de par sa diversité culturelle et sociale (Roy-Valex, 2006, p. 325). En ce sens, la thèse de Florida renvoie également aux approches de Jane Jacobs (1961, 1992), voire de Lewis Mumford (1970), qui considèrent que les centre-villes sont les berceaux de l’innovation du fait que ceux-ci abritent une diversité accrue en termes de population par rapport à des environnements qui ne sont pas de type urbain. La thèse de Florida s’inscrit également dans la continuité des travaux de chercheurs de l’université de Lund, en Suède, qui ont mis en valeur lors des décennies 1970 et 1980 le fait qu’un milieu urbain créatif – sur le plan artistique, de même qu’en ce qui concerne la science et la technologie – est le produit de plusieurs facteurs qui sont réunis dans un même espace géographique et dans un même espace temps (ex : Florence au XIIIe et XVe siècle, Vienne entre les années 1880 et 1927 ; New York durant les années 1950 et 1960) (Andersson, 1985 ; Törnqvist, 1978). Andersson (1985) identifie un certain nombre de facteurs qui correspondent à ces milieux favorables à l’innovation. Entre autres, ceux-ci doivent réunir les facteurs suivants : une stabilité sur le plan financier, des infrastructures de transport efficaces afin de faciliter les communications, ainsi qu’une certaine instabilité en ce qui concerne l’avenir technologique et scientifique, qui est une condition du développement d’un milieu créatif. En ceci le critère d’Andersson (1985) concernant une diversité du milieu – il ne précise cependant pas à quoi se réfère cette diversité – rejoint l’un des critères de Florida (2005b) qui a trait à la notion de diversité qu’il mesure à l’aide du Melting Pot Index – les indices gai et bohémien sont également pris en compte – ; selon lui cet indicateur serait fortement en corrélation avec la concentration en entreprises de haute technologie pour une région, cette concentration étant considérée comme favorable à l’innovation. Enfin, ajoutons que Florida reprend certains éléments d’une autre enquête réalisée dans les années 80 par Ray et Anderson aux États-Unis auprès d’environ 100 000 personnes. Dans leur livre intitulé « L’émergence des créatifs culturels. Enquête sur les acteurs d’un changement de société », Ray et Anderson (2001) présentent les résultats de cette étude qui identifie une évolution radicale et un profond changement de société fondé sur la présence des créatifs du secteur culturel (Tremblay et Pilati, 2007a).

La thèse de Florida s’inscrit dans un certain courant de pensée en études urbaines qui fait le lien entre le potentiel d’innovation d’un certain milieu (en l’occurrence urbain) qui se caractérise par un certain capital humain et la croissance économique. Ceci dit, la thèse de Florida a suscité de nombreuses critiques tant sur le fond qu’en ce qui concerne la méthodologie qui sert d’assise à cette approche du développement économique. Pour certains, le fait qu’une concentration d’une population dite créative engendre l’innovation et la croissance économique a été considéré comme une extrapolation sans véritable assise empirique appuyée par une méthodologie solide (Lang, 2006 ; Shearmur, 2006 ; Malanga, 2005, 2004 ; Kotkin, 2004).

La thèse du développement économique de Richard Florida s’oppose aussi à des théories qui placent le territoire comme facteur générateur de l’innovation, par exemple la théorie des milieux innovateurs de Philippe Aydalot (Darchen et Tremblay, 2007). Florida soutient finalement le fait que le développement économique n’est pas tant induit par le progrès technologique que par le capital humain, c’est-à-dire par la présence de cette catégorie de professionnels, source à la fois de l’innovation technologique et de richesse (Peck, 2005, p. 743.). Cependant, c’est à partir de la conception que Florida a du capital humain que sa thèse tout entière est construite et ce, sans que son extrapolation de la notion de capital humain ne se vérifie empiriquement. Glaeser (2005, p. 596) montre en effet, en s’appuyant sur les indices proposés par Florida (patents per capita, l’indice gay et l’indice bohémien) et sur les exemples de 242 régions métropolitaines, que l’indice concernant le niveau d’éducation (personnes détenteurs d’un baccalauréat) demeure l’indicateur le plus significatif quant au lien avec les plus hauts taux d’emploi dans les secteurs dits super-créatifs, considérés dans la thèse de Florida comme le moteur de la croissance économique. Lorsqu’il s’agit de défendre sa version du capital humain qui fait intervenir les indices gay et bohémien, Florida ne peut donc apparemment pas le faire à l’aide de données empiriques solides ; Glaeser (2005) montre en fait que la population qualifiée demeure le facteur clé du développement économique en milieu urbain.

Florida procède donc rapidement au lien entre sa définition du capital humain et les attributs qu’une ville doit posséder pour attirer la catégorie de professionnels qu’il qualifie comme la « classe créative ». La ville devient, selon l’auteur, un lieu qui doit s’adapter aux besoins de cette catégorie de professionnels afin de l’attirer, car elle est nécessaire au développement économique. Cette part de la force de travail est estimée par Florida à 38 millions de personnes et représenterait 30 % de la main-d’œuvre totale aux États-Unis (Peck, 2005, p. 743). Toujours selon Florida, cette classe de personnes s’identifierait davantage au lieu où elle habite qu’à l’emploi qu’elle occupe. L’auteur s’est donc efforcé d’identifier les critères qu’une ville doit réunir afin d’attirer cette classe de personnes en particulier.

L’organisation de la thèse de Florida : les principes

La thèse de Florida est organisée autour de l’idée que les entreprises – notamment celles des secteurs de la haute technologie – sont attirées par la présence d’une certaine « classe » d’individus précisément nommée « classe créative » par l’auteur. Le développement économique est donc dépendant de la présence de cette catégorie de la population active. Cette « classe » comprend autant des artistes (écrivains, musiciens, peintres) – que Florida qualifie de bohémiens – que des scientifiques (ingénieurs, informaticiens, professeurs) que l’auteur qualifie de « classe super-créative » (Suire, à paraître, p. 10). Selon Florida, le secteur créatif comprend en fait quatre grandes catégories d’emplois qui forment l’acronyme « TAPE » ; elles correspondent au secteur Technologique, aux activités des Arts et de la culture, aux activités Professionnelles et managériales et aux activités d’Éducation. Le secteur créatif regroupe ainsi non seulement des individus du secteur artistique, que l’on identifie souvent au secteur créatif, mais aussi des individus travaillant dans les milieux de l’information et les sciences de la vie, dans le domaine informatique et mathématiques, mais aussi bien sûr dans d’autres domaines tels que l’architecture, le design, les arts et le divertissement.

  • 2  Florida (2002) utilise le terme de low barriers to entry for human capital.

L’objectif premier de la thèse de Florida (2005b) est donc d’identifier les facteurs qui contribuent à cette attraction du capital créatif2. Dans son étude qui fait appel à des entretiens semi-dirigés et à des focus group, Florida (2005b, 2002) en arrive à la conclusion que la « classe créative » est attirée par des villes qui privilégient la tolérance et la diversité. Afin de mesurer cet indice de diversité et de tolérance, Florida (2005b) utilise trois indices finalement réunis en un seul indice nommé Composite Diversity Index (CDI), celui-ci comprend l’indice bohémien, l’indice gai et le pourcentage de personnes nées à l’étranger. Florida (2005b) trouve une corrélation très forte entre cet indice de diversité et de tolérance et la concentration en entreprises dans les secteurs de la haute technologie à l’échelle d’une région métropolitaine, ce que l’auteur considère comme un facteur déterminant de la croissance économique future. La thèse de Florida repose finalement sur une définition particulière de la notion de capital humain, dont certains diront qu’elle n’apporte rien de plus (Shearmur, 2006). Ainsi, Florida (2005b) se démarque de la notion de capital humain habituelle, qui repose plus souvent sur le niveau d’éducation de la population en question ; nous nous référons ici aux recherches qui font le lien entre la présence d’un capital humain dans une ville et sa croissance sur le plan économique (Glaeser et Saiz, 2004 ; Shapiro, 2003 ; Simon, 1998).

  • 3  Cet indice est basé sur la proportion (établie par rapport aux revenus en dollars) représentée par (...)

Florida (2005b) procède également à une hiérarchisation des régions métropolitaines les plus innovantes en utilisant un indice composite nommé Creativity Index, qui fait intervenir trois indices en particulier : le High-Tech Index qui mesure le potentiel d’une région en ce qui concerne une économie dans les secteurs de la haute technologie3 ; l’Innovation Index qui prend en compte le nombre de brevets émis pour une région en considérant une population de 10 000 habitants ; l’indice de créativité tient enfin compte du degré de « tolérance » d’une région, mesurée en considérant les indices gai et bohémien (Florida, 2005b, p. 156). En considérant quinze régions métropolitaines des États-Unis, l’auteur établit qu’il existe une corrélation significative entre les régions métropolitaines qui affichent des taux élevés concernant l’indice de créativité, leur potentiel en termes d’innovation et leur performance en ce qui concerne la concentration d’entreprises dans les secteurs de la haute technologie. En prenant l’exemple de New York, Florida (2005b, p. 158-159) montre qu’il y a corrélation entre la bonne performance en ce qui concerne l’indice High-Tech et des résultats élevés concernant les indices bohémien et gai. En ce qui a trait à l’indice High-Tech, New York devance en effet des régions considérées comme étant des pôles émergents dans les secteurs de la haute technologie : Raleigh-Durham Research Triangle et des régions métropolitaines comme Denver ou Minneapolis (Florida, 2005b, p. 158).

Il faut reconnaître que la méthodologie qui sous-tend la thèse de la « classe créative » est relativement élaborée. Il faut sans doute aller chercher les lacunes de cette thèse du développement économique dans la faculté de Florida à faire des liens entre les notions qu’il utilise (ex : le degré de tolérance et de diversité est lié à performance économique dans le domaine de la haute technologie et au potentiel en termes d’innovation comme dans le cas de New York) et la réalité empirique qui, sur le plan statistique, ne confirme pas toujours clairement les corrélations conceptuelles dont l’auteur fait état. Il est indéniable que cette thèse est appuyée théoriquement et sous-tendue par une méthodologie solide, mais la démarche scientifique des ouvrages laisse à désirer en ce qui concerne le lien entre la construction conceptuelle de cette théorie et la réalité empirique évoquée. À la lecture des différents ouvrages de Florida, on est en droit de se demander si le lien entre le degré de tolérance et de diversité d’une région métropolitaine et son potentiel sur le plan économique va bien dans le sens qu’il la présente, ou si ce n’est pas plutôt l’inverse, à savoir que les villes qui croissent sur le plan économique attirent une diversité de populations, puisqu’on y trouve de nombreux emplois. Aussi, comme le souligne Glaeser (2005), la tentative d’extrapolation de Florida sur le plan de la définition de la notion de capital humain et de son influence sur la croissance économique, si elle ouvre des perspectives nouvelles dans la mesure où l’on admet que son concept de capital humain est plus large, elle n’est pas nécessairement convaincante sur le plan scientifique, ou encore en ce qui concerne les stratégies de développement urbain qu’il faudrait réorienter en ce sens.

Les principales critiques à l’endroit de la thèse de la « classe créative »

On peut énumérer trois critiques principales vis-à-vis de la thèse de Florida à partir des écrits sur le sujet :

  • La thèse de Florida constitue une interprétation simplifiée de la croissance économique en milieu urbain dans le contexte contemporain ;

  • Le fait que l’ensemble des catégories professionnelles constitutives de la « classe créative » souhaiterait résider dans les centres à caractère urbain (plutôt que la banlieue) est un a priori discutable ;

  • Certains choix méthodologiques seraient aussi discutables.

Revenons sur le premier point. D’abord, la question du lien entre la croissance et le talent (c’est l’expression qu’il emploie) n’est pas aussi simple que l’affirme Florida. Sur le plan empirique, il n’existe en effet aucune preuve solide que le talent engendre la croissance plutôt que le contraire, c’est-à-dire que le talent soit attiré par la croissance. Certains chercheurs considèrent que le lien de causalité entre les deux serait plutôt circulaire et cumulatif plutôt qu’unidirectionnel comme l’affirme Florida (Shearmur, 2006, p. 10). De plus, la croissance économique serait le résultat de plusieurs facteurs plutôt que le résultat d’un seul facteur en particulier (Shearmur, 2006, p. 3). En outre, des études indiquent plutôt que les personnes les plus éduquées auraient tendance également à être les plus mobiles ; ainsi le milieu ne bénéficierait pas forcément de ce capital humain fortement mobile et attiré par les lieux où les salaires sont les plus élevés (Dicken et Lloyd, 1990 ; Courchene, 1986). Cependant, cela n’empêche pas la thèse de Florida de servir de référence quant à l’orientation de certaines politiques de développement économique, notamment dans les métropoles canadiennes. Le lien que fait Florida entre sa définition du capital humain dans un contexte économique qui privilégie le savoir – Knowledge Based Economy – et l’aménagement, voire la gestion politique des villes qui se doivent d’être tolérantes et privilégiant la diversité afin de maximiser le potentiel créatif de leur population, est vu par certains comme un apport important concernant la question de la compétitivité entre les villes (Courchene, 2005, p. 4).

Le second point important de la thèse de Florida, à savoir que cette « classe créative » préfère les centres urbains plutôt que d’autres lieux, est également critiqué. David Brooks (2002) par exemple – un journaliste du New York Times – a mis en valeur l’émergence d’une nouvelle bourgeoisie éduquée ayant certaines habitudes de vie et qui constitue la classe dominante aux États-Unis, dans le sens que celle-ci accède aux postes les plus importants. Cependant, il constate que cette classe dominante, qui coïncide assez bien avec la « classe » définie par Florida (2002), demeure non pas dans les centres mais en lointaine banlieue, là où ils peuvent avoir l’espace nécessaire pour profiter de leur confort matériel. Cette ville que Brooks (2002) qualifie de « banlieue de la banlieue », il la nomme Sprinkler City (la ville des arrosoirs automatiques). Elle est la représentation d’une utopie à caractère conservateur, donc très éloignée de la diversité qui caractérise les centres, qui sont le lieu d’habitation de prédilection de la « classe créative », selon Florida. Si Brooks (2002) a raison quant au type d’environnement que préfère cette catégorie de professionnels, la thèse de Florida qui consiste à rendre les milieux urbains attractifs pour cette « classe » en particulier perdrait alors beaucoup de sa pertinence. Malanga (2005, 2004), un conservateur sur le plan politique, estime que la théorie de la « classe créative » est largement destinée à un groupe de décideurs orienté politiquement à gauche et aux aménageurs/urbanistes en quête de nouvelles directives quant au développement urbain. Cependant, Malanga (2005) précise que la croissance économique se produit non pas dans les centres mais plutôt en périphérie des régions métropolitaines : San Francisco, par exemple, en tant que ville « branchée », n’a pas connu de croissance économique significative alors que San José, une vaste banlieue sans centralité, a connu une croissance économique importante depuis 30 ans. La question mérite certes d’être posée ; il est fort possible qu’il y ait des différences d’un pays à l’autre et que la thèse ne tienne pas dans toutes les régions métropolitaines ou tous les pays.

Les critiques principales vis-à-vis de la thèse de Florida portent sur le manque d’assise théorique solide qui soutient cette approche du développement économique contemporain. La définition de la « classe créative » en tant que telle prête à confusion ; or, elle constitue la base de la thèse de Florida. Ainsi, Markusen (2006) fait remarquer que la définition de la « classe créative » intègre plusieurs groupes professionnels (analystes financiers, actuaires, ingénieurs mais également des artistes), alors que chacune de ces catégories a des comportements différents, notamment en ce qui concerne leur préférence quant au lieu d’habitation à l’échelle métropolitaine. À cet égard, la notion de « talent » dans la thèse de Florida fait référence aux types d’activités professionnelles plutôt qu’au niveau d’éducation ; la notion de Florida correspond donc à une version élargie de la notion de capital humain, la prise en compte de ce capital créatif, serait d’après Florida (2005b, p. 6) un indicateur plus précis afin d’évaluer le potentiel en termes d’innovation et de croissance économique d’une région. Cependant, la définition de la classe créative en tant que telle pose en effet certains problèmes, elle est de fait relativement floue, elle incorpore différentes catégories de professionnels. De plus, la part de 30 % de créatifs estimée par Florida par rapport au total de la population américaine serait beaucoup trop élevée selon divers auteurs (Shearmur, 2006 ; Tremblay, 2004). Il faut enfin conclure que le calcul de la part de professionnels appartenant à la « classe créative » possède une lacune majeure, celle de considérer que toutes les catégories professionnelles constitutives de la « classe créative » aient les mêmes aspirations quant à leur mode de vie.

Comme nous l’avons déjà mentionné, il n’y a pas consensus sur le sens de la causalité entre la présence d’un capital humain et le développement économique. Certains travaux mettent en valeur qu’il existe un lien direct entre la présence d’un fort capital humain et le développement urbain, de sorte que le capital humain serait une condition de la croissance économique (Glaezer et Saiz, 2004, p. 85). Cependant, d’autres travaux affirment au contraire que ce sont les régions performantes sur le plan économique qui constituent un facteur d’attraction pour le capital humain (Hill, 2005). Dans ce cas, le sens de la causalité est inversé. D’autres travaux mettent enfin en valeur qu’il n’existe pas de lien de causalité simple entre la croissance économique et la notion de capital humain comme Florida le propose, mais qu’on ne peut qu’observer certaines corrélations (Shearmur, 2006). Shearmur (2006) précise également que la croissance économique d’une région est souvent dépendante de sa structure industrielle et de sa position géographique par rapport aux marchés et s’explique également par des facteurs d’agglomération. La croissance économique d’une région ne peut donc se résumer à un lien de causalité simple et attribuable à un facteur en particulier, comme l’affirme Florida. Or, l’auteur ne mentionne pas les diverses interprétations qui existent concernant le lien de causalité entre le capital humain et le développement économique (Sawicki, 2003, p. 90). Florida (2005b, 2002) s’en tient à une analyse que l’on pourrait qualifier de simplificatrice quant à l’influence du capital humain sur le développement économique.

  • 4  The Rise of the Creative Class (2002).
  • 5  Peter Marcuse (2003) affirme le fait que l’ouvrage de Florida (2002) est bien écrit mais que le st (...)

Du point de vue de la méthodologie, l’approche de Florida a également été l’objet de controverse. Tout d’abord, dans son ouvrage initial4, l’auteur se montre peu rigoureux quant aux références. Les conclusions de l’auteur sont issues d’entretiens et de focus group mais celui-ci ne précise pas toujours les sources de ses résultats (Peck, 2005 ; Marcuse, 2003). La thèse de Florida s’appuie sur une approche bien établie dans le domaine de l’économie urbaine et qui fait le lien entre la notion de capital humain et le potentiel des villes en ce qui concerne l’innovation technologique et la croissance (Glaeser et Saiz, 2004 ; Shapiro, 2003 ; Glaeser, 2000 ; Mathur, 1999 ; Lucas, 1988). Cependant certaines lacunes sur le plan méthodologique et le manque de définitions précises des concepts utilisés ont exposé Florida à de nombreuses critiques. L’objectif de Florida (2005b, 2002) est de mettre en avant l’importance de cette « classe créative » pour la prospérité des villes ; toutefois les mécanismes qui pourraient expliquer le lien entre les facteurs identifiés par Florida (Tolerance, Technology, Talent) et la croissance économique ne sont pas suffisamment approfondis (Peck, 2005). Ces lacunes concernant la méthodologie et la définition même des concepts constitue la faiblesse majeure de la thèse de Florida. Malanga (2005, 2004) suggère même que la méthodologie utilisée par Florida a été orientée afin de mettre en valeur une série de villes américaines de tendance politique libérale et dont la croissance est liée aux activités de haute technologie qui ont caractérisé les années 1990. De par son ton peu rigoureux5 et la relative fragilité de l’argumentation développée par Florida, l’ouvrage clé de la thèse de l’auteur – the Rise of the Creative Class – est considéré par certains comme étant une célébration des personnalités qui sont les moteurs de l’économie et également du mode de vie que ce groupe de personnes tend à privilégier.

Par ailleurs, l’ouvrage ne mentionne pas la question de l’équité urbaine et les problèmes de pauvreté qui touchent certains centres urbains (Peck, 2005). La question de la différenciation des espaces métropolitains n’est pas prise en considération dans l’approche de Florida. À cet égard, l’historien américain Joel Kotkin s’est longtemps opposé à la thèse de Florida en affirmant que la croissance économique des métropoles concernait avant tout les espaces de banlieues et qu’il était donc peu pertinent de penser avoir une influence sur la croissance économique en privilégiant l’aménagement des centres urbains. Toutefois, Kotkin utilise aujourd’hui certains des principes de la thèse de Florida puisque dans son ouvrage The New Geography, comme le souligne Florida (2005b, p. 57), Kotkin fait référence à une catégorie de professionnels sans attache particulière et qui serait la matière grise et créative nécessaire aux économies urbaines dans un contexte post-industriel.

Pour résumer, les critiques portent sur le manque de rigueur conceptuelle de la thèse proposée par Florida : les concepts de « classe créative » et de « talent » sont peu définis, ou alors en des termes trop vagues (Markusen, 2006 ; Shearmur, 2006 ; Tremblay et Pilati, 2007b). La méthodologie étant basée sur ces concepts, on peut émettre quelques doutes sur la validité des facteurs prépondérants concernant la croissance économique dans le contexte actuel que l’auteur a identifié et qui sont les suivants :

  1. La concentration d’une population appartenant à la « classe créative » est le moteur de la croissance économique ;

  2. Cette « classe créative » choisit de s’installer dans certaines villes en raison de la qualité de vie qui y règne plus que pour les emplois qui les caractérisent ;

  3. Les villes les plus susceptibles d’attirer cette « classe créative » doivent proposer des environnements tolérants et accueillants à la diversité.

Dans un premier temps, comme le fait remarquer Levine (2004, p. 8), les classements proposés par Florida ont peu de signification sur le plan statistique. Par exemple, en ce qui a trait à la concentration de la population de la « classe créative » dans les régions métropolitaines, 34 des 49 régions métropolitaines les plus importantes des États-Unis se retrouvent à au plus 5 points de pourcentage de différence l’une de l’autre ; cet écart est trop mince pour avoir une signification sur le plan statistique. Deuxièmement, preuves à l’appui, Levine (2004, p. 12) montre que l’affirmation de Florida concernant le fait que la « classe créative » préfère vivre en ville plutôt qu’en banlieue n’est pas statistiquement vérifiée. En considérant les dix régions métropolitaines des États-Unis dont la concentration en travailleurs de la « classe créative » est la plus élevée, Levine (2004, p. 12) montre qu’il n’existe pas de différence significative sur le plan statistique entre la part de la « classe créative » qui choisit la ville et la part des travailleurs toutes catégories professionnelles confondues qui fait également ce choix. Dans deux des régions classées par Florida dans les dix premières en termes de concentration de cette « classe créative », à savoir Washington (D.C) et Hartford (Connecticut), plus de 90 pour cent des catégories de professionnels constitutives de la classe en question a choisi d’habiter la banlieue. Le lien entre la présence de cette « classe créative » et la revitalisation économique des centres urbains se trouve donc fragilisé par le manque d’appui empirique et de preuves statistiques qui pourraient prouver que cette catégorie de la population préfère s’établir dans les centres plutôt qu’en banlieue. De plus, la thèse de Florida va à l’encontre de la tendance actuelle qui considère que le centre de gravité économique des régions tend à se déplacer hors des villes centrales et vers les banlieues.

  • 6  Les catégories professionnelles incluent dans la catégorie de la population « bohémienne » sont le (...)

Toujours sur le plan méthodologique et en ce qui a trait aux indices utilisées par Florida afin de définir un environnement qui soit « tolérant », à savoir l’indice gai et l’indice bohémien, là encore, Levine (2004) met en évidence plusieurs lacunes. Tout d’abord, en ce qui a trait à l’indice bohémien – qui est une sous-catégorie de la « classe créative »6 – Levine (2004, p. 23) montre que la corrélation entre cet indice et la croissance de l’emploi n’est pas vraiment vérifiée. Tout d’abord en prenant l’exemple de sept régions métropolitaines, Levine (2004, p. 23) montre que l’écart entre les villes concernant cet indice est trop faible pour avoir une signification statistique. Entre Dallas (15ème rang pour l’indice bohémien) et Jacksonville (49ème rang), la différence est de seulement 0.4 point quant à la concentration de travailleurs qui possèdent un emploi de type « bohémien ». Enfin, en comparant sept régions métropolitaines ayant des indices bohémiens différents, Levine (2004, p. 25) démontre que la corrélation entre cet indice et la croissance de l’emploi est loin d’être évidente. Par exemple Boston, qui affiche un indice bohémien de 2.8 %, a connu une croissance de l’emploi de 23 % entre 1992 et 2001, alors que Jacksonville qui affiche un indice de seulement 1.5 % a connu une augmentation de 37.5 % pour la même période. L’indice bohémien n’est donc pas un indicateur suffisant pour expliquer les différences en termes de croissance économique entre les régions métropolitaines. D’après Levine (2004), la même remarque vaut en ce qui concerne l’autre indicateur qu’est l’indice gai. Les différences statistiques entre les villes en ce qui concerne la proportion de population gaie par rapport au nombre total de ménages sont là encore très minces. En 2000, dans les plus grandes régions métropolitaines du pays, entre San Francisco qui possède le plus fort pourcentage de ménages gais (1.8 %) et Buffalo (0.4 %) qui affiche le taux le plus faible, la différence est peu significative. Il est donc peu convainquant d’affirmer que des écarts aussi minces entre les régions métropolitaines puissent avoir des conséquences importantes sur la performance économique de celles-ci.

  • 7  La notion de capital humain fait en général référence au niveau de scolarité d’une population et n (...)

Cependant, la thèse de Florida a été utilisée afin d’expliquer l’écart en ce qui concerne le développement économique des villes et ce, en se basant sur la notion de capital créatif. Marlet et Van Voerkens (2004), en se basant sur les 50 plus importantes villes de la Hollande, montrent qu’il existe un lien entre la présence de la catégorie de professionnels définie par Florida et la performance économique des villes en indiquant que la catégorie de la « classe créative » est un meilleur indicateur qu’une approche qui considère simplement un indicateur en termes de capital humain7. Les auteurs confirment également que comme le prétend Florida, il existe une corrélation entre la concentration de la population définie en tant que « classe créative » et la croissance économique des villes. Toutefois, les auteurs ne confirment pas l’intégralité de la thèse de Florida : l’effet bohémien, à savoir la concentration d’une population dont la profession a trait à une activité artistique a une influence restreinte (en tant qu’indicateur) sur les écarts de croissance entre les villes considérées. Marlet et Van Voerkens (2004) suggèrent à ce sujet que la notion de créativité employée par Florida devrait être mieux définie afin d’être prise en compte comme indicateur dans la croissance économique des villes. Les auteurs confirment également que ce n’est vraisemblablement par le degré de tolérance des villes qui explique leur attractivité vis-à-vis de la « classe créative » mais plutôt la présence d’infrastructures urbaines (présence d’édifices historiques, activités culturelles, qualité de l’environnement), comme l’affirment Glaeser et al. (2004).

Applications de la thèse de Florida

  • 8  À ce titre, nous confirmons la pertinence du degré de tolérance d’une ville en ce qui a trait à sa (...)
  • 9  En particulier : Glaeser, 2005, 2000 ; Glaeser et Saiz, 2004 ; Markusen, 2006 ; Simon, 1998, mais (...)
  • 10  Charles Landry (2000). The Creative City. A Toolkit for Urban Innovators. London : Earthscan corre (...)

La thèse de Florida, que l’on peut résumer par le fait que ce n’est plus l’innovation technologique et la présence de certaines ressources matérielles qui sont les moteurs du développement économique, mais bien le » talent » – ou la concentration d’une certaine catégorie de professionnels et de créatifs – permet une application dans le cadre de la politique urbaine. Florida (2005a, 2005b, 2002) propose en fait une formule simple et donc facilement applicable dans un contexte urbain. Bien qu’il ait une approche un peu particulière, l’auteur se situe malgré tout dans la lignée d’autres travaux qui mettent en valeur le lien entre le capital humain et la croissance économique en milieu urbain (Markusen, 2006 ; Glaeser, 2005, 2000 ; Glaeser et Saiz, 2004 ; Simon, 1998). Cependant Florida (2005a, p. 53) considère que sa théorie va plus loin que celle de ses collègues en ajoutant le facteur de Tolérance.8 Ce dernier précise qu’une ville doit en effet réunir les trois critères évoqués plus haut– Tolerance, Technology, Talent – mais que le facteur prépondérant est celui de la tolérance. Florida (2005a, p. 54) livre donc une stratégie de développement économique simple : une ville doit s’efforcer de considérer ces trois facteurs et améliorer celui où elle est plus faible, ceci afin d’accroître sa capacité d’attraction en ce qui a trait au capital humain défini en tant que « classe créative ». Si de nombreux auteurs9 reconnaissent le lien entre la concentration en capital humain et la croissance économique d’une région ou d’une métropole en particulier, aucun n’est aussi catégorique que Florida pour en faire l’unique solution capable de promouvoir le développement économique10. Comme le précise Donald (2006), la thèse de Florida va à l’encontre de travaux – Fainstein (2001) ; Harvey (2000, 1992, 1973) en particulier – qui mettent en avant la contradiction entre les notions de justice sociale et de politiques urbaines entrepreneuriales. Dans la même veine, Levine (2004) fait remarquer que compte tenu du caractère assez fragile de cette thèse sur le plan méthodologique, il serait risqué d’en faire un modèle quant au développement économique, ou encore une panacée afin de promouvoir la croissance de certaines villes en mal de solutions politiques.

Selon divers auteurs, la thèse de Florida risque de constituer une tendance en termes de développement économique, au risque de mettre dans l’ombre des priorités de base. En prenant le cas de Baltimore, Levine (2004) met en avant le fait que cette ville aurait avant tout besoin de solutions pour reconstruire les écoles publiques et créer des emplois pour les résidants locaux plutôt que de mesures afin de favoriser des installations urbaines comme des pistes cyclables, des clubs de nuit et de loisirs afin d’attirer la « classe créative ». Cependant, la thèse de Florida a gagné très rapidement la reconnaissance de nombreux professionnels du développement économique et de dirigeants municipaux. À défaut d’être rigoureuse sur le plan méthodologique, cette thèse est facilement adaptable et attrayante afin d’appuyer une stratégie de développement économique qui prône l’appui à la créativité. À Baltimore, Memphis, au Michigan, en Ontario (Toronto), la thèse de Florida sert de base à la mise en place de stratégies de développement économique. Dans le cas de Montréal, une étude a été faite afin d’évaluer le potentiel de la ville selon la théorie du capital créatif de Florida (Stolarick, Florida, Musante, 2005), mais elle ne semble pas avoir eu d’effet concret à ce jour. Dans le cas d’Halifax, la stratégie de développement économique à l’échelle régionale mentionne une citation de Florida ainsi que sa thèse du capital créatif ; on affirme que le potentiel créatif de la population se doit d’être mis en valeur par des milieux de vie urbains tolérants et accueillants (Halifax Regional Municipality, 2005, p. 20). Dans le cas de Winnipeg, des suggestions sont faites quant à une stratégie de développement économique prenant en compte les thèses de Florida quant à l’attraction des catégories de professionnels constituant la classe créative (Canada Research Chair in Urban Change and Adaptation, 2006). Si la thèse de Florida est sans doute à considérer comme une stratégie de développement économique à l’échelle d’une région métropolitaine, il reste que de nombreux questionnements quant à l’application de cette théorie du capital créatif en tant que moteur du développement économique, doivent être précisés :

  • À quelle échelle la théorie du capital créatif peut-elle être appliquée (celle de la région métropolitaine, de la ville, du quartier) ?

  • Comment s’articule cette approche du développement économique avec des stratégies plus conventionnelles qui privilégient l’attraction de certaines entreprises plutôt que d’être centrées sur la main-d’œuvre ?

  • Comment allier l’approche de Florida avec des politiques de développement urbain orientées par des valeurs telles que l’équité sociale, puisque ses propositions ne tiennent pas compte d’une grande partie de la population ne détenant pas des talents artistiques, créatifs ou autres.

Il convient également d’ajouter, et ceci est un aspect important du caractère biaisé que peut receler la thèse de Florida, que l’auteur utilise des données concernant les régions métropolitaines qui incorporent les espaces de la banlieue (Tremblay, 2006, p. 42). Les résultats concernant par exemple la performance d’une économie en matière de haute technologie pourraient être dus à des pôles suburbains performants dans ce domaine plutôt qu’au degré de tolérance et de diversité qui caractérisent les centres urbains. À cet égard, comment Florida peut-il expliquer la performance économique de pôles de banlieue notamment dans le domaine de la haute technologie (Laval, Kanata) qui font figures sur le plan de l’aménagement et de l’atmosphère de nerdistans – pour reprendre le terme de Kotkin (2000) – donc fortement éloignés des critères de Florida quant aux critères de diversité et la tolérance pour définir les quartiers urbains, mais pourtant très performants sur le plan économique ?

De fait, l’un des défauts de la thèse de Florida est sans doute d’être elle-même peu tolérante au fait que d’autres dynamiques et explications sont tout aussi valables pour expliquer le succès de certaines régions et notamment des banlieues. La thèse de Florida est bien construite et pertinente quant au développement économique de certains centres urbains mais il serait risqué d’en faire la seule thèse valable quant à la performance des villes dans un contexte de compétitivité basé sur une économie du savoir. Enfin, il convient de reconnaître que les dynamiques des entreprises vers certaines régions géographiques s’expliquent également par la structure industrielle, des effets d’agglomération, ainsi que la situation géographique ; bref la croissance économique d’une région ou d’une ville peut difficilement être attribuable à un seul facteur comme l’affirme Florida (Shearmur, 2006, p. 286).

Par contre, malgré le fait que la thèse de Florida écarte d’autres théories du développement économique en milieu urbain pour ne privilégier que cette approche du capital créatif, celle-ci a néanmoins le mérite de proposer de nouvelles manières de promouvoir le développement économique des villes, notamment la valorisation du capital créatif et des initiatives en matière culturelle ou artistique. Cependant, de là à embrasser totalement cette thèse et à faire abstraction de travaux qui mettent en valeur des principes reconnus dans le domaine de l’économie urbaine, il y a un pas que de nombreuses instances décisionnelles relatives au développement urbain, n’hésitent apparemment pas à franchir. On peut notamment énumérer certains faits qui s’opposent à la thèse de Florida, mais dont celui-ci ne tient pas compte dans l’élaboration de sa démarche :

  • Le fait que la « classe créative », plus mobile que la classe moyenne, se déplacerait vers les régions métropolitaines offrant les emplois les plus rémunérateurs (sur ce point de nombreux auteurs reconnaissent que la relation de causalité entre les deux est sans doute circulaire et cumulative, entre autres Shearmur (2006) et Tremblay et Pilati (2007b) ;

  • Le fait que l’attraction du capital humain est un facteur à considérer dans le processus de croissance économique d’une région économique mais qu’il n’est pas le seul. La croissance économique se rapporte en effet à l’analyse d’une combinaison de facteurs plutôt qu’à un facteur explicatif unique (Lewis, 1955) ;

  • Enfin le principe du trickle down effect qui veut que la majorité profitera à long terme du succès de l’élite créatrice s’apparente plus à une opinion politique qu’à une théorie économique (Shearmur, 2006).

Bref, l’application de la thèse de Florida, compte tenu de certaines des lacunes identifiées dans le cadre de cet article, risque de mener à des politiques de développement urbain qui focalisent sur une apparence de prospérité sans que des problèmes économiques flagrants et hérités de longue date ne soient véritablement résolus, notamment ceux qui touchent une population non concernée directement par l’approche de la prospérité urbaine préconisée par Florida.

Conclusion

Au terme de cette recension des écrits et surtout en considérant la structure de la thèse de Florida, l’organisation conceptuelle de cette thèse et la méthodologie utilisée par Florida, il convient de reconnaître que celle-ci repose sur une idée forte. Celle-ci concerne le lien entre la définition du « talent » ou du capital créatif (qui inclut les composantes gaie et bohémienne) chez Florida et les décisions en ce qui concerne l’aménagement des centres urbains, afin non seulement d’attirer ce « talent » mais également lui permettre de s’épanouir et de contribuer à la croissance économique en milieu urbain. À la lecture des écrits de Florida et des critiques faites à l’encontre de sa thèse, on pourrait être porté à croire que celui-ci a construit une méthodologie afin de confirmer son approche du développement économique plutôt que de s’inscrire modestement dans un courant de pensée contribuant à une meilleure compréhension des facteurs de croissance économique en milieu urbain.

L’approche de Florida a en effet tendance à évacuer d’autres approches qui pourraient également être valables dans l’explication des succès économiques de certaines régions géographiques plutôt que d’autres, par ex : les pôles suburbains performants dans le domaine de la haute technologie : Kanata (Ottawa), Saint-Laurent (Montréal)) qui s’expliquent par une tendance sur le plan économique, notamment une flexibilité accrue de l’appareil de production et non par des initiatives en termes d’aménagement particulières afin d’attirer une certaine classe de la population. Nous sommes bien dans ces cas précis dans une configuration où une certaine catégorie de la population suit le mouvement des entreprises. Il convient donc de mentionner que la thèse de Florida est loin de pouvoir expliquer tous les cas de succès économique. Afin d’être plus convaincante, la thèse devrait en outre tenir compte des échelles territoriales auxquelles l’auteur fait référence dans son analyse de la croissance économique en distinguant clairement les espaces centraux, des espaces suburbains et périurbains.

Concernant les points positifs, il convient de reconnaître que la thèse de Florida a le mérite d’attirer l’attention de nombre de décideurs publics sur de nouvelles sources potentielles de développement économique, ainsi que de mettre en évidence le rôle potentiellement positif du secteur des arts et de la création et également de souligner l’importance de facteurs d’attraction concernant le capital humain qui n’avaient pas jusqu’ici été vraiment considérés (le niveau de tolérance et de diversité d’une ville) qui, certes, ajoutent à la réflexion sur les moteurs de la croissance économique des villes et sur leur niveau de compétitivité dans le contexte contemporain. Cependant, les concepts proposés par l’auteur concernant sa définition élargie de la notion de capital humain se doivent d’être vérifiés empiriquement.

Sans diminuer les mérites de cette thèse, l’article identifie une série de faiblesses assez importantes, ce qui n’empêche pas cette théorie de faire partie dorénavant des thèses concernant les stratégies de développement économique et d’être intégrée à un grand nombre de plans de développement économique au Canada (Halifax, Winnipeg, Toronto, Vancouver) comme aux États-Unis. Pour résumer ses faiblesses, nous rappellerons simplement que la question de la dichotomie ville/banlieue (tant sur les plans économiques, du mode de vie que des déplacements) n’est pas convenablement prise en compte dans la thèse de Florida et notamment au niveau méthodologique.

Le deuxième point qu’il convient de souligner et qui, d’après nous, constitue une faiblesse majeure de la thèse proposée par Florida, c’est de supposer que l’ensemble des catégories constitutives de la « classe créative » aient les mêmes aspirations en termes de milieu de vie, loisirs, possibilité de sorties, etc. Entre un employé d’une entreprise œuvrant dans les secteurs de la haute technologie et une personne appartenant à la catégorie des bohémiens, nous sommes sans aucun doute en présence de deux mondes différents, mais dans la thèse englobante de Florida ces deux catégories professionnelles auraient des aspirations similaires en ce qui concerne le mode de vie et le milieu de vie qui caractérisent leur lieu de résidence.

Enfin, un dernier point important qui tient plus à l’application de cette thèse en ce qui concerne la mise en place de politiques urbaines concernant l’aménagement des espaces urbains : les aspirations de la « classe créative » vont sans doute évoluer avec le temps, ce dont ne tient pas compte cette thèse. En effet, les membres de la classe créative ne vont sans doute pas toute leur existence aspirer à vivre dans des milieux de vie urbains, tolérants, etc. On peut donc soulever la question du caractère éphémère des dispositions en termes de développement économique ou d’aménagement urbain, qui résulteraient de l’application de la thèse de Florida.

Bref, au terme de cet article, il convient de reconnaître que cette thèse est séduisante et assez bien articulée, ce qui explique certes son succès auprès des instances municipales qui élaborent des stratégies de développement économique dans un contexte économique qui privilégie les activités du savoir (Knowledge-Based Economy). Toutefois, la recherche dans le domaine économique et également des études urbaines invite à une certaine prudence quant à l’application de cette thèse somme toute pertinente, mais quelque peu particulière. Il convient donc de remettre cette thèse du développement économique à sa place en tant que contribution importante pour expliquer les dynamiques qui caractérisent l’évolution des économies en milieu urbain. Il faut reconnaître que Florida ne nous apporte qu’une réponse partielle à une réalité économique complexe, qui ne peut s’expliquer totalement par le seul recours à une définition de la notion de capital humain adaptée au contexte actuel, parce que centrée davantage sur les « talents » ou les créatifs.

Bibliographie

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions qui sont abonnées à un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lequelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Andersson, Ake E. 1985. Creativity and Regional Development. Papers of the Regional Science Association, no. 56, p. 5-20.

Brette, Olivier. 2002. Connaissances technologiques, institutions et droits de propriété dans la pensée de Thorstein Veblen. Journées d’étude organisées par le Centre Auguste et Léon Walras : institutionnalismes et évolutionnismes, confrontations autour de perspectives empiriques, 2-3 décembre, Lyon.

Brooks, David. 2002. Patio Man and the Sprawl People. The Weekly Standard, vol. 7, no. 46.

Canada Research Chair in Urban Change and Adaptation. 2006. Econmic Restructuring in Winnipeg. Attracting Creative Workers and Capturing Investment in New Growth Sectors. Research Highlight no. 7, 5 pages.

Courchene, Thomas J. 2005. Citistates and the State of Cities : Political-Economy and Fiscal-Federalism Dimensions. IRPP Working Paper Series, no. 2005-03, 41 pages.

———. 1986. Le redressement régional, le système de transfert et le fédéralisme canadien. In Donald, J. Savoie et André Raynauld (dir.). Essais sur le développement régional. Montréal : Presses Universitaires de Montréal, p. 59-93.

Darchen, Sébastien et Diane-Gabrielle Tremblay. 2007. Les clusters, les milieux innovateurs et la classe créative : revue des écrits et analyse de leur application en milieu urbain. Note de recherche de la Chaire du Canada sur les enjeux socio-organisationnels de l’économie du savoir,www.teluq.uqam.ca/chaireecosavoir. à paraître.

Dicken, Peter et Peter E. Lloyd. 1990. Location in Space. New York : Harper et Row.

Donald, Betsy. 2006. From Growth Machine to Ideas Machine. The New Politics of Local Economic Development in the High-Skilled City. In Diane-Gabrielle Tremblay et Rémy Tremblay (dir.). La compétitivité urbaine à l’ère de la nouvelle économie : enjeux et défis. Québec : Presses de l’Université du Québec, p. 269-284.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Fainstein, Susan S. 2001. Cities and Diversity. Should We Want It ? Can We Plan For It ? Urban Affairs Review, vol. 41, no. 1, p. 3-19.
DOI : 10.1177/1078087405278968

Florida, Richard. 2005a. The Flight of the Creative Class : The New Global Competition For Talent. New York : Harper Business.

———. 2005b. Cities and the Creative Class. New York, London : Routledge.

———. 2002. The Rise of the Creative Class and How It’s Transforming Work, Leisure and Everyday Life. New York : Basic Books.

Glaeser, Edward L. 2005. Review of Richard Florida’s The Rise of the Creative Class. Regional Science and Urban Economics, vol. 35, no. 5, p. 593-596.

———. 2000. The New Economics of Urban and Regional Growth. In Gordon L. Clark, Maryann P. Feldman et Meric S. Gertler (dir.). The Oxford Handbook of Economic Geography. Oxford, New York : Oxford University Press, p. 83-98.

Glaeser, Edward L. et Albert Saiz. 2004. The Rise of the Skilled City. Brookings-Wharton Papers on Urban Affairs, no. 5, p. 47-94.

Halifax Regional Municipality. 2005. Strategies for Success. Halifax Regional Municipality’s Economic Development Strategy 2005-2010, 39 pages.

Harvey, David. 2000. Spaces of Hope. Berkeley : University of California Press.

———. 1992. Social Justice, Postmodernism and the City. International Journal of Urban and Regional Research, vol. 16, no. 4, p. 588-601.

———. 1973. Social Justice and the City. Baltimore : John Hopkins University Press.

Hill, Edward W. 2005. Talk at Michigan University, Kalamazoo, MI, March.

Interventions économiques, (2007). Numéro spécial sur Veblen. Numéro en ligne : www.teluq.uqam.ca/interventionseconomiques

Jacobs, Jane. 1961.. The death and life of great American Cities, Random House USA Inc. 420 p.

Jacobs, Jane (1992). Les villes et la richesse des nations, Montréal : Les éditions du Boréal. 296 p.

Kotkin, Joel. 2004. The Capital of What ? The New York Sun, 19 février, p. A24.

———. 2000. The New Geography : How the Digital Landscapes is Reshaping the American Landscape. New York : Random House.

Landry, Charles. 2000. The Creative City : a Toolkit For Urban Innovators. London : Earthscan Publications.

Lang, Robert E. 2006. The Sociology of the Creative Class. In Diane-Gabrielle Tremblay et Remy Tremblay (dir.). La compétitivité urbaine à l’ère de la nouvelle économie : enjeux et défis.Québec : Presses de l’Université du Québec, p. 317-324.

Levine, Marc V. 2004. La « classe créative » et la prospérité urbaine : mythes et réalités. Conférence présentée à Montréal, le 20 mai 2004, Villes Régions Monde, INRS-Urbanisation, Culture et Société.

Lewis, Arthur W. 1955. The Theory of Economic Growth. London : Allen & Unwin.

Lucas, Robert Jr. 1988. On the Mechanics of Economic Development. Journal of Monetary Economics, vol. 22, no. 1, p. 3-42.

Malanga, Steven. 2005. Florida Daze. City Journal, vol. 15, no. 2.

———. 2004. The Curse of the Creative Class. City Journal, vol. 14, no. 1.

Marcuse, Peter. 2003. Review of the Rise of the Creative Class by Richard Florida. Urban Land, no. 62, p. 40-41.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Markusen, Ann. 2006. Urban Development and the Politics of a Creative Class. Environment and Planning, vol. 38, no. 10, p. 1921-1940.
DOI : 10.1068/a38179

Marlet, Gerard et Clemens Van Woerkens. 2004. Skills and Creativity in a Cross-section of Dutch Cities. Discussion Paper Series nr : 04-29. Utrecht : Universiteit Utrecht, School of Economics : Tjalling C Koopmans Research Institute, 31 pages.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Mathur, Vijay K. 1999. Human Capital-Based Strategy for Regional Economic Development. Economic Development Quarterly, vol. 13, no.3, p. 203-216.
DOI : 10.1177/089124249901300301

Mills, C. Wright. 1915. White Collar : The American Middle Class. New York : Oxford University Press.

Mumford, Lewis. 1970. The Culture of Cities. New York : Harbcourt Brace Jovanovich. 586 pages.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Peck, Jamie. 2005. Struggling With the Creative Class. International Journal of Urban and Regional Research, vol. 29, no. 4, p. 740-770.
DOI : 10.1111/j.1468-2427.2005.00620.x

Ray, Paul, H. et Sherry Ruth Anderson. 2001. L’émergence des créatifs culturels. Enquête sur les acteurs d’un changement de société. Gap (France) : Yves Michel. 512 p.

Roy-Valex, Myrtille. 2006. La « classe créative » et la compétitivité urbaine. Culture et économie ou l’envers et l’endroit d’une théorie. In Diane-Gabrielle Tremblay et Rémy Tremblay (dir.). La compétitivité urbaine à l’ère de la nouvelle économie : enjeux et défis. Québec : Presses de l’Université du Québec, p. 325-332.

Sawicki, David. 2003. The Rise of the Creative Class : and How It’s Transforming Work, Leisure, Community and Everyday Life (Book Review). Journal of the American Planning Association, vol. 69, no. 1, p. 90-92.

Shapiro, Jesse M. 2003. Smart Cities. Explaining the Relationship between City Growth and Human Capital. provided by ECON WPA in its series Urban/Regional number 03090012003, 24 pages.

Shearmur, Richard. 2006. L’aristocratie du savoir et son tapis rouge. Quelques réflexions sur les thèses de Richard Florida. In Diane-Gabrielle Tremblay et Rémy Tremblay (dir.). La compétitivité urbaine à l’ère de la nouvelle économie : enjeux et défis. Québec : Presses de l’Université du Québec, p. 285-303.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Simon, Curtis J. 1998. Human Capital and Metropolitan Employment Growth. Journal of Urban Economics, no. 43, p. 223-243.
DOI : 10.1006/juec.1997.2048

Stolarick, Kevin, Richard Florida et Louis Musante. 2005. Montréal, ville de convergences créatives : perspectives possibilités. Catalitix, 19 pages.

Suire, Raphaël. Cluster « créatif » et proximnité relationnelle : performance des territoires dans une économie de la connaissance. Canadian Journal of Regional Science. À paraître.

Törnqvist, Gunnar E. 1983. Creativity and the Renewal of Regional Life. In Anne Butttimer (dir.) Creativity and Context : A Seminar Report (Lund Studies in Geography. B Human Geography, No 500). Lund : Gleerup, p. 91-112.

Tremblay, Diane-Gabrielle et Thomas Pilati. 2007a. The Tohu and Artist-run Centers : Contributions to the Creative City ? In Canadian Journal of Regional Science. vol. 30, no 2.

Tremblay, Diane-Gabrielle et Thomas Pilati. 2007b.Cité créative et District culturel ; une analyse des thèses en présenceDans Géographie, Économie et société. vol. 9. p. 381-401.

Tremblay, Rémy. 2006. Laval technobourg. Urbanité. (février), p. 41-42.

———.2004. Quelques mises en garde contre la « classe créative » de Richard Florida. Urbanité. (Novembre), p. 43-44.

Veblen, Thorstein B. 1899. The Theory of the Leisure Class : An Economic Study of Institutions. New York : Macmillan.

Haut de page

Notes

1  Voir le numéro 36 de la revue Interventions économiques consacré à Veblen : http://www.teluq.uquebec.ca/pls/inteco/rie.entree ?vno_revue =1.

2  Florida (2002) utilise le terme de low barriers to entry for human capital.

3  Cet indice est basé sur la proportion (établie par rapport aux revenus en dollars) représentée par une économie dans les secteurs de la haute technologie pour la région en question par rapport à l’activité totale de cette région et également par rapport à l’activité en haute technologie à l’échelle nationale (Florida, 2005b, p. 156).

4  The Rise of the Creative Class (2002).

5  Peter Marcuse (2003) affirme le fait que l’ouvrage de Florida (2002) est bien écrit mais que le style rappelle celui employé dans les discours de dîners des Chambres de Commerce (Peck, 2005, p. 741).

6  Les catégories professionnelles incluent dans la catégorie de la population « bohémienne » sont les suivantes : écrivain, artiste, musicien, concepteur, acteur, photographe (Levine, 2004, p. 23).

7  La notion de capital humain fait en général référence au niveau de scolarité d’une population et non au type d’occupation professionnelle, comme cela est le cas dans le cadre de la définition de Florida, qui inclut la population des bohémiens ; on évoquera donc plus le terme de « capital créatif » que de capital humain en ce qui concerne la thèse de la « classe créative ».

8  À ce titre, nous confirmons la pertinence du degré de tolérance d’une ville en ce qui a trait à sa capacité d’attirer et de retenir les étudiants étrangers dans le domaine des sciences et de la technologie dans le cas de Montréal. Ceci a été confirmé dans le cadre d’une recherche en cours (Chaire de recherche du Canada sur les enjeux socio-organisationnels de l’économie du savoir ; www.teluq.uqam.ca/chaireecosavoir) sur les facteurs d’attraction et de rétention de la population étudiante dans le domaine des sciences et de la technologie.

9  En particulier : Glaeser, 2005, 2000 ; Glaeser et Saiz, 2004 ; Markusen, 2006 ; Simon, 1998, mais aussi nombre d’économistes.

10  Charles Landry (2000). The Creative City. A Toolkit for Urban Innovators. London : Earthscan correspond également à l’approche préconisée par Florida.

Haut de page