Navigation – Plan du site
Recensions

Ken McCormick, Veblen in Plain English; A complete Introduction to Thorstein Veblen’s Economics

Cambria Press, Youngstown, NY, 2006, 144 p.
Marc-André Gagnon
Référence(s) :

McCormick, Ken.Veblen in Plain English; A complete Introduction to Thorstein Veblen’s Economics. Cambria Press, Youngstown, NY, 2006, 144 p.

Texte intégral

1Une difficulté récurrente à laquelle j’ai longtemps été confronté en enseignant l’économie de Veblen au premier cycle de l’université était de pouvoir proposer un ouvrage d’introduction simple et cohérent capable de synthétiser la pensée générale de Veblen sur l’économie. Bien que la littérature sur Veblen soit abondante, bien peu d’ouvrages en français ou en anglais réussissent à présenter de manière succincte et efficace la pensée économique de l’auteur dont les éléments centraux sont éparpillés dans ses travaux. Je me suis longtemps rabattu sur l’ouvrage de Gaétan Pirou datant de 1939, Les nouveaux courants de la théorie économique aux États-Unis, qui offrait à mon sens une des meilleures synthèses de l’œuvre économique de Veblen. Néanmoins, certaines faiblesses de l’ouvrage, particulièrement quant à la théorie véblénienne du capital, laissaient un certain sentiment d’insatisfaction et je me retrouvais souvent à recommander des textes plus spécialisés qui s’avèrent normalement inaccessibles pour ceux qui n’ont pas encore été initiés aux concepts, au vocabulaire et au style de Veblen.

  • 1  L’article en question est Donald Walker, “Thorstein Veblen’s Economic System”, Economic Inquiry, X (...)

2Pendant longtemps, bien peu de choses ont été écrites sur l’économie de Veblen. A.W. Coats s’en plaignait en 1954 et, après avoir souligné l’absence d’une présentation générale de l’économie véblénienne, Donald Walker s’était attaqué à la tâche dans un article de 19771. Le résultat fut plus ou moins heureux car une telle pensée ne peut se résumer en un seul article. L’ouvrage de 2003 par Adil Mouhammed, An Introduction to Thorstein Veblen’s Economic Theory, s’avère en fait le premier ouvrage cherchant à présenter de manière systématique la théorie économique de Veblen. Toutefois cet ouvrage de 342 pages s’adresse plutôt aux fins connaisseurs de Veblen et peut être critiqué pour tenter de chercher à « marxiser » Veblen plutôt que de mettre en perspective l’originalité de son oeuvre. Un ouvrage d’introduction à l’économie de Veblen restait donc à écrire.

  • 2  Les articles en question de Ken McCormick sont "Veblen on the nature of capital", in Rivista Inter (...)

3L’ouvrage de Ken McCormick, Veblen in Plain English, est un ouvrage dont la seule prétention est d’être le plus accessible possible pour présenter la pensée de Veblen aux étudiants et aux non-initiés. Le sous-titre demeure ambitieux : A Complete Introduction to Thorstein Veblen’s Economics. À nos yeux, McCormick comptait parmi les rares économistes à pouvoir réussir ce tour de force puisqu’il était le seul à avoir produit auparavant des articles2 analysant de manière fine la théorie du capital de Veblen, pourtant centrale à l’ensemble de son oeuvre économique. Le résultat est d’autant plus probant que McCormick s’en tient à l’essentiel, dans un langage toujours clair, et cherche toujours à présenter fidèlement les idées de Veblen plutôt que de tenter de les interpréter comme dans l’ouvrage de Mouhammed. La seule entorse de McCormick aux idées originales de Veblen est de présenter quelques exemples contemporains ou de faire des liens avec des théories récentes afin de rendre le texte plus facilement intelligible.

4L’ouvrage est divisé en quatre parties. La première présente la théorie véblénienne des instincts et des institutions telle que présentée dans la Théorie de la classe de loisir et The Instinct of Workmanship : quels instincts poussent les individus à agir et comment les institutions implantent-elles des habitudes de comportement ? La seconde partie traite de la technologie et de l’évolution sociale. La conception véblénienne de la technologie est présentée en se basant surtout sur l’article On the Nature of Capital où la technologie est entendue comme étant l’équipement immatériel de la collectivité, à savoir les connaissances partagées formant le principal moyen de production de toute richesse. En distinguant le changement technologique et le changement institutionnel, McCormick montre comment Veblen percevait les rouages de l’évolution sociale à travers l’histoire. Toutefois, McCormick consacre seulement trois pages à la notion véblénienne de la pénalité institutionnelle de l’innovateur, notion pourtant tellement riche pour l’économie du développement et à laquelle Veblen avait consacré l’ouvrage Imperial Germany and the Industrial Revolution.

5La troisième partie est consacrée à la théorie véblénienne du capital et de l’entreprise d’affaires. Cette section est sûrement la plus intéressante de l’ouvrage puisque, comme nous l’avons mentionné, McCormick possède une compréhension fine et rigoureuse de cet aspect de la théorie de Veblen et il réussit à en faire une présentation accessible sans être simpliste. En trente pages, cette section démolit la conception néoclassique du capital et met en perspective toute la force d’analyse de la pensée économique de Veblen. Finalement, la quatrième section reprend les thèmes mieux connus de la consommation ostentatoire et de la rivalité pécuniaire, développés dans la Théorie de la classe de loisir, et leurs conséquences pour l’analyse économique.

6Le lecteur recherchant une analyse fine ou approfondie de l’oeuvre économique de Veblen sera rapidement déçu par ce livre qui ne cherche qu’à synthétiser de manière la plus accessible possible une pensée économique souvent éparse, au style alambiqué et parfois datée. Toutefois, cet ouvrage est tout à fait approprié comme point d’entrée à l’œuvre de Veblen pour les non-initiés. Il est certain que les spécialistes de Veblen trouveront à redire puisqu’avec ses 144 pages l’ouvrage passe trop rapidement sur telle ou telle dimension de sa pensée et qu’il n’arrive pas à mettre en évidence toute sa richesse, mais cet ouvrage reste fidèle aux thèses générales de Veblen et permet (enfin !) de s’initier au fondateur de l’institutionnalisme en économie de manière plus complète et conviviale. Cela faisait longtemps que plusieurs attendaient un tel ouvrage et McCormick aura finalement comblé leurs attentes.

Haut de page

Notes

1  L’article en question est Donald Walker, “Thorstein Veblen’s Economic System”, Economic Inquiry, XV, 1977, pp. 213-237.

2  Les articles en question de Ken McCormick sont "Veblen on the nature of capital", in Rivista Internazionale di Scienze Economiche e Commerciali, vol. 36 (#7), Juillet 1989, pp. 609-622 ; et

"Veblen and the New Growth Theory: Community as the Source of Capital’s Productivity", Review of Social Economy, vol. 60, #2, Juin 2002, pp. 263-279.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc-André Gagnon, « Ken McCormick, Veblen in Plain English; A complete Introduction to Thorstein Veblen’s Economics », Revue Interventions économiques [En ligne], 36 | 2007, mis en ligne le 01 octobre 2007, consulté le 22 juin 2017. URL : http://interventionseconomiques.revues.org/612

Haut de page

Auteur

Marc-André Gagnon

Marc-André Gagnon est professeur en économie, en science politique et en sociologie à l’Université de Montréal et à l’UQAM. Il est chercheur au Collectif d’Analyse sur la Financialisation dans le Capitalisme Avancé (CAFCA-UQAM).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Interventions économiques sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Association d’Économie Politique
  • Logo DOAJ
  • Revues.org