Navigation – Plan du site
Recensions

Michel Lallement, Temps, travail et modes de vie

Paris : Presses universitaires de France, 2003
Diane-Gabrielle Tremblay
Référence(s) :

Michel Lallement, Temps, travail et modes de vie, Paris : Presses universitaires de France, 2003

Texte intégral

1Le dernier ouvrage de Michel Lallement, professeur au CNAM (Conservatoire national des arts et métiers) à Paris, est consacré aux évolutions récentes du temps de travail. Il traite de quelques grandes questions en s’inspirant de ses recherches récentes pour y répondre. La question centrale de l’ouvrage pourrait être formulée ainsi : » comment la flexibilité a-t-elle bouleversé les rythmes sociaux des sociétés modernes et, surtout, quelles sont ses implications au quotidien sur les statuts et les conditions de vie des salariés ? » (p. 9).

2L’ouvrage compte 8 chapitres qui abordent de façon différente la question du temps de travail. Dans le premier chapitre, l’auteur présente une stylisation historique de l’évolution du temps de travail, abordant notamment l’origine des loisirs ouvriers, l’invention du week-end, les temps sociaux et le temps hors travail tels qu’ils sont vécus aujourd’hui, pour finalement traiter de l’effet des 35 heures en France sur les temps sociaux et leur organisation.

3Le chapitre 2 aborde les différentes configurations possibles touchant le temps et le travail : le temps au travail, le temps du travail et le temps de travail. L’auteur propose une grille d’analyse du travail comme institution et s’intéresse plus particulièrement à la rationalisation.

4Les chapitres qui suivent sont davantage axés sur des recherches spécifiques menées par l’auteur. Il s’intéresse notamment au temps de travail des cadres, qui a suscité beaucoup de débats lors de l’application de la loi des 35 heures en France et fait l’objet de deux chapitres. En fait certains de ces « cadres » sont des professionnels, dans la perspective québécoise, de sorte que ces analyses couvrent une large partie de la population. L’auteur illustre les défis qu’a posé l’application de la loi des 35 heures dans des secteurs professionnels où le temps de travail n’est habituellement pas comptabilisé de manière aussi serrée. L’étude consacrée à Ubisoft et au domaine des technologies de l’information est particulièrement intéressante et éclairante sur le travail dans ce secteur, surtout pour qui s’intéresse à ce secteur. Comme relativement peu de travaux ont été consacrés au travail dans ce secteur, et que nous nous y sommes nous-mêmes intéressée dans le contexte du développement de la Cité du multimédia à Montréal, c’est le chapitre qui a le plus retenu notre attention. Lallement relate les tentatives de révolte et de regroupement contestataire (Ubifree) des travailleurs des technologies de l’information

5Le chapitre V sur « Le sens de la nuit » est aussi fort intéressant, puisqu’il traite du travail de nuit dans le secteur de la santé et met en évidence les arrangements que peuvent faire certains couples du point de vue de ce qu’il est aujourd’hui convenu d’appeler la conciliation emploi-famille.

6Le chapitre VI porte sur le travail à temps partiel à La Poste. Il met en évidence le fait que la loyauté est aujourd’hui sous pression dans ce secteur et fait état des conditions de négociation du statut d’emploi, des conditions de travail et des modes de vie des salariés.

7Enfin, la troisième partie de l’ouvrage ouvre sur des comparaisons internationales et l’auteur s’interroge sur le temps comme construction sociétale. Le chapitre VII est à cet égard fort intéressant. Lallement traite de la « fabrique statistique du temps de travail », ainsi que des dynamiques sociétales relatives au temps partiel des femmes, dont la durée varie selon les pays. Les variantes scandinaves du temps partiel des femmes sont intéressantes et l’analyse se poursuit au chapitre VIII par une étude comparative entre la France et la Suède. Ce chapitre met en évidence la négociation du temps de travail, le rôle de l’action collective et la régulation sociale des temps. Il s’intéresse aussi à l’effet des temps sociaux sur les conditions de travail et les modes de vie des salariés.

8En bref, l’ouvrage est intéressant pour qui travaille sur les questions du temps de travail dans les secteurs de la « nouvelle économie », ou encore sur l’articulation des temps sociaux et la conciliation emploi-famille. Au delà des études de cas et des recherches précises, Michel Lallement réussit à bien intégrer la réflexion globale sur le temps de travail, les temps sociaux, et à présenter des éléments de théorisation forts pertinents. Écrit dans un langage clair et bien structuré, l’ouvrage saura intéresser autant les spécialistes du temps que les étudiants et professeurs qui n’en sont pas spécialistes, mais qui s’intéressent à l’évolution générale du marché du travail, le temps étant un des axes majeurs de cette évolution au cours des dernières décennies, en France, mais aussi en Amérique.

9Ainsi, puisque les transformations que l’on observe en matière de temps de travail se traduisent par des mutations qui dépassent largement le temps de travail, et que le travail continue d’être central dans l’intégration sociale des individus, l’ouvrage ouvre donc à une réflexion approfondie sur la place du travail dans nos vies et sur la transformation de diverses institutions dans nos sociétés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Diane-Gabrielle Tremblay, « Michel Lallement, Temps, travail et modes de vie », Revue Interventions économiques [En ligne], 31 | 2003, mis en ligne le 01 juin 2003, consulté le 21 juin 2017. URL : http://interventionseconomiques.revues.org/940

Haut de page

Auteur

Diane-Gabrielle Tremblay

Télé-université

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Interventions économiques sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Association d’Économie Politique
  • Logo DOAJ
  • Revues.org