Navigation – Plan du site
Recensions

Xavier Gaullier, Le temps des retraites. Les mutations de la société salariale

Paris : Seuil. Collection La république des idées, 2003
Diane-Gabrielle Tremblay
Référence(s) :

Gaullier, Xavier, Le temps des retraites. Les mutations de la société salariale. Paris : Seuil. Collection La république des idées, 2003.

Texte intégral

  • 1  Avec Jens Thoemmes, nous sommes responsable du comité de recherche 10 de l’Association internation (...)

1L’ouvrage de Xavier Gaullier est intéressant non seulement pour qui s’intéresse aux retraites, mais aussi pour ceux et celles qui s’intéressent aux temps sociaux, et c’est sous cet angle que cet ouvrage de réflexion nous a intéressée1. Ce n’est pas un ouvrage qui présente des résultats de recherches, mais plutôt un ouvrage invitant à la réflexion sur le thème de la fin de carrière, des retraites et des temps sociaux. Xavier Gaullier affirme que deux défis majeurs se présentent à nos sociétés. D’abord, un nouvel âge est créé, celui des 50-70 ans, une période caractérisée par une déstabilisation double, soit celle des fins de carrière professionnelle et celle de la réforme des retraites (pour la France surtout). Puis, deuxième défi, celui qui porte à plus long terme sur les transformations du parcours des vies à partir de ce que Gaullier nomme la « société longévitale ». Pour l’essentiel, Gaullier se trouve ainsi à poser la question du « vieillissement actif » qui caractérisera les prochaines années et décennies.

2Ainsi, l’auteur défend l’idée que la question du temps de travail, pourtant fortement débattue en France et ailleurs depuis quelques décennies, sera dépassée par la question des temps sociaux et des temps de la vie, thème que l’Association internationale des sociologues de langue française a d’ailleurs soumis à l’analyse depuis quelques décennies. Ainsi, le thème des temps sociaux dépasse aujourd’hui le champ des seuls chercheurs spécialisés, pour rejoindre un public beaucoup plus vaste.

3Spécialiste de la question des retraites, c’est tout de même par cette entrée que Gaullier traite le sujet. Il insiste pour dire que la société salariale est remise en question du point de vue de sa conception de l’emploi, des carrières et de la protection sociale. De ce fait, la retraite se trouve également remise en question et redéfinie. « Elle n’est plus un risque puisque la plupart des individus peuvent en profiter, nous dit Gaullier ; elle n’est plus une courte période de l’existence, puisque l’on vit en moyenne beaucoup plus longtemps ; elle n’est plus synonyme de pauvreté puisque le revenu moyen des retraités est à peu près semblable à celui des actifs. » La retraite devient ainsi une « banque du temp », comme le proposait Gosta Rehn, économiste suédois,dans un article de 1973, que cite Gaullier.

4Il est aussi intéressant de noter que les gains d’espérance de vie sont concentrés sur cette fin de vie, et non sur l’ensemble de la vie, ce qui invite à réflexion. D’ailleurs, Gaullier invite à une réflexion sur le projet de société que nous souhaitons : quel type de retraite ? quelle conception de la fin de carrière ? quelle dépendance ou indépendance ? quels équilibres entre les choix individuels et les garanties collectives ?

  • 2  Voir quelques textes sur : www.teluq.uquebec.ca/chaireecosavoir.

5L’ouvrage aborde ces diverses questions en un peu moins d’une centaine de pages, ce qui en fait un petit ouvrage de réflexion très facile à lire. Le premier chapitre est peut-être trop centré sur le débat français de la crise des retraites et la réforme des retraites, mais il intéressera certes ceux qui se penchent sur le thème des retraites. Le deuxième est plus largement intéressant puisqu’il touche le thème de l’emploi et des fins de carrière. Pour nous, du point de vue des temps sociaux, c’est ce chapitre qui est le plus intéressant. Touchant les questions de gestion des âges et de transmissions de savoir, il aborde une thématique fondamentale pour toutes les sociétés industrialisées. Le troisième chapitre se penche sur la diversification possible des modalités de la retraite et des âges de départ à la retraite. Gaullier défend l’idée de la retraite à la carte et des banques de temps. Enfin, le quatrième chapitre conclut sur l’idée d’une pluriactivité nouvelle caractéristique d’une nouvelle génération de 50-70, que Gaullier décrit par l’expression « être âgé sans être vieux ». Dans le contexte de cette pluriactivité, la vie sociale, les loisirs, la famille, le développement personnel, la vie associative sont autant d’éléments qui peuvent s’inscrire dans la pluriactivité et nous pourrions ajouter une préoccupation pour la gestion des fins de carrières et le transfert de connaissances dans le contexte de l’économie du savoir.2

6Les transformations démographiques des prochaines années nous invitent certes à réfléchir à ces questions de fin de carrière et de transmission des savoirs, ainsi que sur l’ensemble de la problématique des temps sociaux et de l’occupation des temps.

Haut de page

Notes

1  Avec Jens Thoemmes, nous sommes responsable du comité de recherche 10 de l’Association internationale des sociologues de langue française (AISLF), qui porte précisément sur les temps sociaux. Voir : www.univ-tlse2/aislf

2  Voir quelques textes sur : www.teluq.uquebec.ca/chaireecosavoir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Diane-Gabrielle Tremblay, « Xavier Gaullier, Le temps des retraites. Les mutations de la société salariale », Revue Interventions économiques [En ligne], 31 | 2003, mis en ligne le 01 juin 2003, consulté le 25 mars 2017. URL : http://interventionseconomiques.revues.org/944

Haut de page

Droits d'auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Interventions économiques sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page